Tamanrasset : des femmes collectent le gravier pour survivre

De nombreuses femmes de la région du Tidikelt, notamment d’In-Ghar et In-Salah (Tamanrasset), ont défrayé la chronique des métiers, et opté, en quête d’une source de revenus, pour un travail dur et pénible, consistant en la collecte de graviers destiné à la construction. Très loin de la douceur et du raffinement de la vie féminine, ces femmes, que la situation sociale n’a pas vraiment favorisées, contrairement à beaucoup de leurs congénères, sont nombreuses à braver quotidiennement les dures conditions naturelles caractérisant les hamadas de ces contrées sahariennes, pour aller collecter ce "précieux" gravier et subvenir aux besoins de leur famille.

Que ce soit sous le froid glacial de l’hiver, ou la chaleur insoutenable de l’été, marquant cette région du pays, l’une des plus chaudes au monde, ces femmes n’hésitent pas à investir, chaque jour dès l’aube, à bord de camions, la grande et aride hamada, à la recherche de sites pour la collecte de ce matériau indispensable à la construction.