Angola: la purge anti-Dos Santos se poursuit

Après la fille, le fils! Cent jours à peine après son investiture, le président angolais Joao Lourenço a mis sur la touche les proches de son prédécesseur Jose Eduardo dos Santos, symboles d'un régime corrompu avec lequel il affirme vouloir rompre. Ouvert en novembre avec l'éviction d'Isabel dos Santos de la compagnie publique pétrolière Sonangol, ce grand ménage s'est conclu cette semaine avec celui de son demi-frère, Jose Filomeno, du fonds d'investissement souverain du pays. Attendue depuis des semaines, la chute du fils de l'ex-chef de l'Etat, surnommé "Zenu", n'a surpris personne.