Des consultations indirectes à Genève autour de la crise du Yémen

 Le ministre yéménite des Affaires étrangères, Khaled al-Yemani, a déclaré dimanche que les consultations entre le gouvernement et les représentants du mouvement Ansarullah (houthis) prévues jeudi ne donneraient "pas lieu à un face-à-face" et que leur évolution dépendrait "de la manière dont l'envoyé de l'ONU les mène avec les deux parties". Les Nations unies ont invité en Suisse pour des "consultations" le gouvernement yéménite et les dirigeants du mouvement Houthis, opposés dans un conflit meurtrier depuis 2015.