Accueil |L'info en continu |

La Colombie veut vendre son café sans dépendre de New York

Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Leur café est réputé comme le meilleur du monde, mais cela ne garantit pas aux producteurs de Colombie d'en obtenir le meilleur prix: ils veulent désormais vendre leurs précieux grains sans passer par la Bourse de New York, accusée d'être à l'origine de la grave crise qui frappe le secteur. "Nous voulons vendre notre café à un prix équitable, qui couvre les coûts de production et dégage un profit raisonnable", explique à l'AFP José Sierra, le directeur de la Fédération nationale des producteurs de café (FNC), Dans le secteur depuis 25 ans, il dit n'avoir "jamais vu une situation aussi dramatique". "On nous paye 640.000 pesos (228 dollars) pour chaque lot de 125 kg, et les coûts de production nous reviennent à 790.000 pesos (282 dollars)", soit une perte de 54 dollars, explique-t-il.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha