{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Préparatifs du référendum sur la révision constitutionnelle

Belhimer réunit les responsables des télés privées

Il a demandé aux responsables des télévisions privées d'ouvrir leurs plates-formes à la société civile et aux experts.

À la veille de l'entrée en vigueur du plan de communication devant accompagner la campagne référendaire, le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Ammar Belhimer, a réuni les responsables des télévisions privées. Vecteur par excellence pour faire passer le message aux citoyens, le paysage audiovisuel national s'impose comme un outil de choix afin de garantir une campagne de communication large et efficace, d'autant que, crise sanitaire oblige, il n'est pas possible d'organiser des meetings. Cela en plus du fait que les Algériens rebutent ce genre de manifestations politiques pour des raisons évidentes d'inefficacité.
La séance de travail était consacrée aux dernières retouches liées au référendum populaire sur la révision constitutionnelle, souligne un communiqué du ministère de la Communication.
Le ministre qui, précise le même communiqué, a programmé une série de rencontres périodiques avec les différents établissements médiatiques, a demandé aux responsables de télévisions privées d'«ouvrir leurs plates-formes à la société civile et aux experts, en vue d'expliquer et de clarifier le contenu de la Constitution à travers un débat fructueux». Mission dont ils s'acquittent déjà, faut-il le rappeler. Mais il convient de souligner que ce genre de séances de travail a le mérite de clarifier les choses et la proximité qu'elle suscite entre l'Exécutif et la presse est déjà un acquis. L'occasion pour Belhimer d'appeler ces médias à «la mobilisation globale pour élucider tout ce qui a trait à une large explication de la Constitution, en prévision du référendum populaire».
Belhimer a rappelé que «le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune avait donné des instructions pour permettre à un grand nombre d'associations et de représentants de la société civile de participer largement au débat sur le contenu de la nouvelle Constitution, débat que les médias sont invités à véhiculer». «Ces instructions émanent de l'attachement du président de la République à renforcer le rôle de la société civile et à renforcer les liens avec les institutions de la République, en tant que partie de la démocratie participative, au mieux des intérêts du pays», a-t-il dit.
Soulignant que «ce large débat porte sur une mission éducative tendant à sensibiliser les citoyens par des articles sur la Constitution qui sera soumise au vote», le ministre de la Communication a ajouté qu'il s'agit là d'un débat «fondé sur une information confirmée». Il a réitéré, par ailleurs, la détermination du ministère à «soutenir l'ensemble des médias nationaux pour la réussite de ce débat général». Les interlocuteurs de Belhimer n'ont pas manqué de réaffirmer «leur entière mobilisation» pour contribuer à une large opération visant à élucider la teneur de la révision constitutionnelle. Mission accomplie pour le ministre, dont l'agenda est très chargé. 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours