{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Plus de 22 000 locaux commerciaux programmés en faveur des jeunes

Ces mesures qui favorisent l’apaisement

Les décisions prises par le gouvernement Bedoui semblent n’avoir comme objectif que le maintien de la paix sociale.

Depuis son installation, le gouvernement Bedoui, contesté et rejeté par le peuple qui demande, inlassablement, depuis plus de vingt vendredis son départ, semble n’avoir qu’un seul objectif : maintenir la paix sociale dans le pays.
En effet, depuis l’installation de l’équipe Bedoui, les décisions prises ont toutes été apaisantes et en faveur du citoyen. C’est le cas de le dire pour la toute dernière annonce faite par le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Tidjani Hassan Haddam qui a fait état du lancement d’un programme de 22 000 locaux commerciaux, proposés à l’achat ou à la location, en faveur des jeunes porteurs de projets dans le cadre des dispositifs d’aide à l’emploi. «Quelque 8 754 locaux commerciaux sont proposés, dans un premier temps, aux jeunes porteurs de projets, à titre d’achat ou de location en attendant un autre quota de 14 000 locaux», a affirmé le ministre précisant que cette opération est destinée aux jeunes entrepreneurs, dont les projets sont en cours de concrétisation, dans le cadre des dispositifs d’aide à l’emploi, à l’instar de l’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (Ansej), la Caisse nationale d’assurance-chômage (Cnac) ou encore l’Agence nationale de gestion du microcrédit (Angem). Haddam a tenu, lors du lancement de ce projet, à préciser que c’est «le Premier ministre qui a décidé de mettre à la disposition des jeunes porteurs de projets les locaux non exploités, et de valoriser et exploiter tous les investissements réalisés, en accordant la priorité aux jeunes». Il ne s’agit là que d’une mesure entre plusieurs autres, prises par le gouvernement allant dans le sens de la préservation de la paix sociale. Il y a lieu de rappeler qu’à peine Abdelaziz Bouteflika avait déposé sa démission que le gouvernement Bedoui s’était réuni pour rendre publiques une série de décisions.
Parmi les annonces faites par la «nouvelle» équipe aux commandes «la transparence et l’objectivité dans l’attribution de la publicité publique, sans exclusion ni discrimination aucune entre l’ensemble des médias publics et privés», mais aussi «l’examen et le traitement des dossiers déposés auprès du ministère de l’Intérieur, relatifs à l’agrément des partis politiques et des associations ». Il s’agissait là de gages d’ouverture et de rupture avec la gestion passée pour Noureddine Bedoui et son équipe. D’autres décisions encore plus importantes ont été prises par l’actuel gouvernement, censé gérer les affaires courantes, à l’exemple du gel du financement non conventionnel ou encore le retour à l’importation des véhicules de moins de 3 ans. Même si cette dernière annonce n’est toujours pas effective, il n’empêche qu’elle a eu un effet satisfaisant sur la population. Tout autant que les autres mesures prises en faveur des imams, des enseignants universitaires, des chercheurs… Le gouvernement Bedoui tente de veiller aussi à respecter une certaine rigueur pour garantir un service public exemplaire.
D’ailleurs, le wali de Blida n’a pas tergiversé pour mettre fin aux fonctions du directeur de l’Algérienne des eaux, suite aux pannes récurrentes ayant causé une perturbation dans la distribution de l’eau potable. Mais malgré toutes ces mesures qui ont le mérite de renforcer la paix sociale, le gouvernement Bedoui reste indésirable car le peuple est clair dans sa revendication: une rupture totale avec l’ancien régime et donc le départ de toutes ses anciennes figures.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours