{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

La ministre italienne de l'Intérieur à Alger

D'excellentes relations et quoi encore?

La ministre italienne a présenté les «remerciements» de l'Italie à l'Algérie pour l'aide qu'elle lui a envoyée lorsqu'elle a été confrontée à l'épidémie de coronavirus.

Mises en vielleuse ces derniers mois, pour cause de crise sanitaire, les visites ministérielles reprennent petit à petit, à travers la visite avant-hier, de la ministre italienne de l'Intérieur. Reçue par son homologue, Kamel Beldjoud, Mme Luciana Lamorgese a eu des entretiens qualifiés de fructueux, notamment avec le président de la République. L'audience qui s'est déroulée, hier matin, en présence des membres de la délégation accompagnant la ministre italienne et du ministre de l'Intérieur, a permis de constater l'excellence des relations entre les deux pays et la convergence de points de vue sur beaucoup de dossiers, notamment celui de l'émigration clandestine, mais également sur la coopération économique. Ce pays est le premier client de l'Algérie et son 4e fournisseur. Mais, bien que parfaite au plan politique, avec rappelons-le le soutien indéfectible de Rome durant la décennie 90, la coopération économique n'a pas connu la diversification que sont censés encourager la proximité géographique et l'Accord d'association que l'Algérie a signé avec l'Union européenne.
Mais ce constat toujours relevé au fil des années et des visites ministérielles ne semble pas désespérer les deux gouvernements qui ont exprimé, hier, un réel désir de densifier les relations économiques, d'autant que l'Algérie amorce une nouvelle dynamique économique basée sur la diversification. L'Algérie et l'Italie «ont exprimé leur pleine disposition à oeuvrer au développement de leurs relations», a souligné le ministre de l'Intérieur. Le phénomène de l'émigration clandestine a été évoqué par les deux parties, sans complexe du côté de l'Algérie qui «assume ses responsabilités et prend les décisions qui s'imposent à ce sujet», affirme Kamel Beldjoud. Pour sa part, la ministre italienne a affiché sa conviction que les deux pays ont «jeté les bases d'une nouvelle coopération bilatérale entre nos deux pays qui travaillent constamment dans le cadre du partenariat et de l'esprit d'amitié». Ce n'est pas très différent des propos diplomatiques qu'ont tenus ses prédécesseurs au poste de l'Intérieur en Italie. Mais la ministre qui a salué «l'expertise exceptionnelle de la Protection civile en matière de séismes et des situations d'urgence», apporte une confirmation d'une volonté de coopération dans ce domaine.
Au sortir de l'audience accordée par le président de la République, Mme Luciana Lamorgese, a mis en avant son aspiration à «renforcer davantage» les relations de son pays avec l'Algérie. Elle a indiqué avoir abordé avec le président Tebboune la coopération entre les deux pays dans le domaine sécuritaire et dans celui de la Protection civile en cas de sinistres et de catastrophes naturelles. Il est vrai qu'on ne peut attendre plus d'un ministre de l'Intérieur. Elle n'a pas manqué de présenter les «remerciements» de l'Italie à l'Algérie pour l'aide qu'elle lui a envoyée lorsqu'elle a été confrontée à l'épidémie du coronavirus.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours