{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Mise du FLN au musée, période de transition

Djemaï fustige ses adversaires

«Le FLN n’ira pas au musée, c’est le parti des chouhada», a assuré le secrétaire général du FLN.

Le parti majoritaire préservera sa place sur l’échiquier national. Son secrétaire général, Mohamed Djemaï, s’est attaqué ouvertement aux partisans de sa remise au musée. Lors d’une cérémonie, organisée lundi dernier à l’occasion de l’Aïd el Fitr, le nouveau patron a saisi cette sortie pour mettre les points sur les «I». « Le FLN n’ira pas au musée, c’est le parti des chouhada», a-t-il assuré en guise de couper court à la polémique.
Djemaï a appelé tous les moudjahidine et les militants du parti à se mobiliser pour sauvegarder le parti. Il a même tendu la main à tous les anciens responsables et militants pour renforcer davantage les rangs du parti. «Notre main est tendue à tous les anciens dirigeants patriotes et nationalistes afin de transformer ce parti en une grande force politique qui va jouer les premiers rôles à l’avenir», a-t-il affirmé en s’adressant particulièrement aux ex-secrétaires généraux, en l’occurrence Abdelaziz Belkhadem et Amar Saâdani.
Depuis le début du mouvement populaire, l’ex-parti unique subit des attaques virulentes, et des appels pour sa remise au musée fusent de partout.
La direction actuelle n’est pas restée indifférente. «Le parti est blessé par ceux qui nous insultent au quotidien et qui nous traitent de tous les noms, dont des personnes qui ont émergé sous la bannière du FLN. Nous devons nous unir pour les contrer et, surtout, pour que nous ne soyons pas une proie facile pour eux», a-t-il insisté. Le nouveau patron veut mettre un terme à tous les clivages qui minent le parti pour contrecarrer ses adversaires. Djemaï a, comme d’habitude, réitéré son soutien au chef d’état-major de l’anp Ahmed Gaïd Salah en plaidant pour un dialogue constructif en vue de trouver une issue à la crise. «Nous appelons l’ensemble des partis politiques, des organisations, des associations et des jeunes du Hirak à prendre part à ce dialogue et à être aux côtés de la République algérienne», a-t-il lancé.
Tout en critiquant l’option de la transition, le nouveau patron du FLN a fustigé les promoteurs de ce processus. «Ils veulent faire revenir l’Algérie en arrière et effacer d’un revers de la main les pas franchis jusque-là sur le chemin de la construction démocratique», a-t-il soutenu tout en plaidant pour un «dialogue qui permettra au peuple d’être souverain à travers l’organisation d’élections transparentes et régulières. Le SG du FLN a mis en garde contre des parties «craignant les élections et qui tentent d’infiltrer le Hirak populaire, qui affiche chaque semaine, de nouvelles revendications». Par ailleurs et à propos du bras de fer l’opposant au président de l’APN, le secrétaire général est revenu à la charge en demandant à ses militants de maintenir la pression pour le pousser à la porte.
Ce dernier a mis en garde contre «les parties qui tentent de scinder le parti voire entraver son action», assurant que la nouvelle direction «ne permettra jamais de voir divisé le FLN». Un message clair destiné aux députés qui soutiennent le président de l’APN. Les hommes de Djemaï multiplient les contacts au sein de l’Assemblée pour rallier le maximum de députés à leur cause. Le groupe parlementaire des indépendants a décidé de geler ses activités parlementaires jusqu’à ce que le président de l’APN démissionne de son poste.
Ce qui va conforter davantage la direction du FLN.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours