{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

A la veille du procès de Hamel prévu le 19 février

Fracassantes révélations

Une centaine de comptes bancaires seraient détenus par Abdelghani Hamel et ses fils alors que sa femme, elle, aurait réussi la prouesse d’acquérir 9 locaux en une journée!

L’ex-général à la retraite, Abdelghani Hamel, serait détenteur de pas moins de 69 comptes bancaires au niveau du CPA (Crédit Populaire d’Algérie) ! Plus d’une trentaine d’autres comptes bancaires sont détenus par les fils de l’ex-Dgsn, ouverts dans diverses banques privées et publiques, en dinars et en devises. C’est là les bribes d’informations révélées, en ce début de semaine, par le quotidien Ennahar. Le site online d’Ennahar évoque, quant à lui, une autre scandaleuse affaire impliquant la présumée coupable, épouse de l’ex-Dgsn. Cette dernière aurait acquis 9 locaux commerciaux en l’espace d’une seule journée ! Selon la même source, Madame Hamel aurait acheté ces locaux, situés à Ouled Fayet, via l’Opgi de Hussein Dey dont l’ex-DG, est en détention à la prison d’El Harrach depuis juillet 2019. Elle aurait payé le m² au prix de 22 000 DA, alors que son prix réel était de 120 000 DA, selon la même source. Si cette transaction est confirmée par l’accusation, le jour du procès, une perte sèche de plus de 7 milliards de centimes est à déplorer pour le Trésor public. Il ne s’agit là que d’un avant-goût des révélations qui sont attendues lors du procès qui s’ouvrira le 19 février prochain. Un procès qui s’annonce chaud en divulgations. Les Algériens qui vont bientôt célébrer une année de révolte pacifique, ont soif de vérité et s’acharneront, à ne pas en douter, à collecter chaque morceau du puzzle pour comprendre qui les a trahis. Ils vont avoir droit, donc à une nouvelle pièce du casse-tête chinois avec le show qu’offrira la famille Hamel à la barre, dans une semaine. Arrêté le 5 juillet dernier, l’ex-directeur général de la sûreté nationale (Dgsn), ses trois fils, sa fille et sa femme sont tous poursuivis dans des affaires de corruption. Placée en détention provisoire à la prison d’El Harrach à l’exception de la mère- mise sous contrôle judiciaire- la famille Hamel doit répondre à des accusations d’enrichissement illicite, blanchiment d’argent mais aussi détournement de foncier et abus de fonction. Dans ce dossier, pas moins de 90 autres personnes sont également mis en accusation, dont des ex-ministres et ex-walis.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré