{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

En rendant hommage au gouvernement

L’armée s’en tient à la Constitution

La symbolique n’a pas échappé aux observateurs qui ont trouvé dans cet hommage un autre engagement de l’armée à respecter et faire respecter l’ordre constitutionnel.

Il ne s’agit pas d’une position conjoncturelle, mais d’une conviction qui a guidé l’institution militaire. Ainsi, attachée à la Loi fondamentale, l’armée n’agira que conformément à ce texte, un cadre dans lequel elle est tenue d’exercer exclusivement.
Le chef d’état-major l’exprime dans ses discours mais aussi dans la symbolique des faits. Le dernier en date a été l’hommage appuyé rendu au gouvernement Bedoui. Le vice-ministre de la Défense, a rendu hommage au gouvernement et à sa tête le Premier ministre Noureddine Bedoui qui «a pu s’acquitter de ses missions dans des conditions difficiles et exceptionnelles et concrétiser de nombreuses réalisations sur le terrain au profit du peuple algérien».
Pour Ahmed Gaïd Salah, l’exécutif a su prendre en charge les problèmes socio-économiques rencontrés. «C’est une vérité que nous disons aujourd’hui sans exagération ni complaisance, partant du principe de dire au fauteur qu’il a mal agi et au bienfaiteur qu’il a bien agi», a-t-il affirmé. La symbolique du geste n’a pas échappé aux observateurs qui ont trouvé dans cet hommage un autre engagement de l’institution militaire à respecter et faîre respecter l’ordre constitutionnel. Le Premier ministre et le chef de l’Etat s’acquitteront donc de leurs tâches jusqu’à l’élection du futur président de la République comme le stipule bien la Constitution en vigueur.
Ahmed Gaïd Salah a donné le tempo depuis le début du Mouvement populaire du 22 février en préférant jouer à fond la carte de la Constitution et écarter la solution politique réclamée par certains.
Le chef d’état-major de l’armée qui avait fini par obtenir la démission du président Bouteflika après avoir appelé, dans un discours, le 2 avril dernier à appliquer «rapidement» l’article 102 de la Constitution relatif à l’empêchement en raison de «maladie grave», a promis de rendre la parole au peuple tout en restant dans le cadre constitutionnel.
Ce qui se fera à travers une élection présidentielle.
Une fois élu, le nouveau président fort de sa légitimité populaire aura toutes les prérogatives pour concrétiser le reste des revendications populaires légitimes.
Intervenant lors de la réunion du Conseil des ministres qui s’est tenue il y a cinq jours présidée par le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, le vice-ministre de la Défense, Ahmed Gaïd Salah a mis l’accent sur les efforts déployés par l’armée qui a veillé à préserver les institutions de l’Etat. «Nous avons considéré la sauvegarde de ces institutions comme étant la sauvegarde des piliers de l’Etat algérien et la préservation de sa dignité au niveau national et dans les instances internationales», a-t-il souligné.»

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours