{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Alors que le procès en appel de Tliba reporté au 29 novembre

La défense réclame Tartag à la barre

Cette affaire concerne la vente des premières places sur les listes de candidatures du FLN aux législatives de 2017.

La sixième chambre pénale près la cour d'Alger a reporté, hier, au 29 novembre prochain l'audience du procès en appel du milliardaire et ancien député de Annaba, Baha Eddine Tliba au motif que le collectif de défense de Tliba réclame la convocation au procès en appel, comme témoin, le général-major à la retraite Athmane Tartag, l'ancien coordinateur des services de sécurité auprès de la Présidence, actuellement en prison. D'autre part, la décision du report est également motivée par la demande du collectif de défense de l'accusé pour «étudier davantage le dossier». Cette affaire concerne le «commerce» autour des premières places sur les listes de candidatures du FLN aux législatives de 2017. Elle a éclaté avant mai 2017, avant sa mise sous le coude jusqu'à ce qu'elle rebondisse en juin 2019. Le principal accusé, Baha Eddine Tliba, est poursuivi pour «blanchiment d'argent», «octroi d'avantages» et «infraction à le réglementation des changes et les mouvements les capitaux de et vers l'étranger». L'ex-vice-président de l'APN, a été condamné, le 9 septembre dernier, en première instance, par tribunal de Sidi M'hamed à 8 ans de prison ferme, assortis d'une amende de 8 millions de dinars. Le même tribunal avait condamné Iskander Ould Abbès, fils de l'ancien SG du FLN, Djamel Ould Abbès, à la même peine. L'autre fils de Djamel Ould Abbès, El Ouafi, en fuite à l'étranger et contre lequel un mandat d'arrêt international a été émis, a été également condamné par contumace à une peine de 20 ans de prison ferme. Poursuivi pour les mêmes accusations, Bouchnak Khelladi, chargé de l'organisation des législatives de 2017 pour le compte du FLN, a été condamné à une peine de deux ans de prison ferme assortie d'une amende de 200 000 DA, tandis que Mohamed Habchi, un agent immobilier, a été acquitté. D'après la défense de l'accusé principal, le juge d'instruction près le tribunal de Sidi M'hamed avait mis en place une commission rogatoire pour vérifier au niveau de la direction de la sécurité intérieure si Baha Eddine Tliba a saisi ce service de sécurité sur cette affaire. La réponse avait été que Tliba a bien saisi le général-major Athmane Tartag à propos de cette affaire.» «En 2017, Tartag, qui dirigeait la sécurité intérieure, aurait reçu la dénonciation de Tliba contre les deux fils d'Ould Abbès», affirme la défense. Pour rappel, la liste des candidats aux législatives de 2017 a été confectionnée au Centre international des conférences (CIC), par la commission présidée par Abdelmalek Sellal et composée de Noureddine Bedoui, Tayeb Louh et Mustapha Rahiel, en présence formelle du secrétaire général du FLN, Djamel Ould Abbès. La perquisition effectuée par les agents des services de la sécurité intérieure à la villa 58, au Club des Pins, a permis de récupérer la somme de 48,676 millions de dinars et 200 000 euros. Le marchandage autour des listes de députation a rapporté 3 millions de dinars, selon les révélations de Tliba.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours