{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Détournement de foncier et enrichissement illicite

La famille Hamel derrière les barreaux

19 personnes ont été entendues dans ce dossier, parmi lesquelles les anciens walis Abdelkader Zoukh, Abdelghani Zalène, Abdelmalek Boudiaf et Abdelkader Kadi.

L’ouragan Hirak a frappé fort et fait noyer encore d’autres noms qui étaient au plus haut sommet de la hiérarchie politique. Les hommes puissants de l’ère Bouteflika continuent d’être arrêtés et en ce début de mois de juillet, les événements s’enchaînent et se précipitent. Hier, l’ancien directeur général de la Sûreté nationale (Dgsn), le général-major à la retraite Abdelghani Hamel, a été placé en détention provisoire par le juge d’instruction près le tribunal de Sidi M’hamed à Alger. Qui aurait osé imaginer un tel sort pour le puissant ex-général, considéré comme l’un des piliers du système.
D’ailleurs, cette arrestation ne manquera sûrement pas d’avoir un effet domino géant car une affaire en appelle une autre ! Jeudi dernier et au moment où le général à la retraite était entendu avec ses trois enfants par le juge d’instruction, les alentours du tribunal de Sidi M’hamed étaient submergés de journalistes et de reporters, tous les yeux rivés vers les portes closes, à la recherche d’une capture d’image, d’une information ou n’importe quel fait en rapport avec cet événement. Mais l’audition a pris énormément de temps et ce n’est que dans la matinée d’hier qu’il a été annoncé que l’ancien Dgsn et ses enfants, inculpés pour détournement de foncier et enrichissement illicite, ont également été placés en détention provisoire. Sa femme dont l’implication dans les mêmes affaires semble avérée pour le juge, a été placée sous contrôle judiciaire. Au total, le magistrat instructeur doit entendre 19 personnes dans le cadre de ce dossier, parmi lesquelles d’anciens walis et des promoteurs immobiliers. Il s’agit notamment de Abdelkader Zoukh, Abdelghani Zalène, Abdelmalek Boudiaf et Abdelkader Kadi. Les dossiers de ces derniers ont été transmis à la Cour suprême pour être poursuivis pour octroi de foncier et avantages de façon illégale à Hamel et à sa famille. Plusieurs promoteurs immobiliers sont également impliqués dans ces affaires en attendant l’enquête qui est en cours. Pour rappel, Abdelghani Hamel a été limogé, en juin 2018, sur fond de scandale de trafic de cocaïne. Fin avril, il avait déjà été entendu avec l’un de ses fils par le juge d’instruction du tribunal de Tipasa dans le cadre d’une affaire de «trafic d’influence». Les deux hommes étaient alors ressortis libres du tribunal. En mai dernier, l’ancien Dgsn avait comparu devant le procureur de la République près le tribunal de Sidi M’hamed pour être auditionné dans l’affaire de tentative d’introduction de 701 kg de cocaïne au port d’Oran. La machine judiciaire ne s’arrête pas. Plusieurs autres hauts responsables attendent que leur tour arrive. La peur au ventre...

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours