{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Âgée de 89 ans

La veuve de Krim Belkacem n’est plus

La veuve du premier chef historique de la Wilaya III historique et signataire des accords d’Evian, Krim Belkacem, la moudjahida Tassadit Fakir, est décédée, avant-hier, à l’âge de 89 ans. La défunte souffrait d’une longue maladie, ont annoncé les services de la wilaya de Tizi Ouzou. Aussitôt annoncée, la nouvelle a suscité une vague d’émotion au sein de la famille révolutionnaire, notamment chez les moudjahidine de la Wilaya III historique qui ont eu à côtoyer le mari de la défunte avant, pendant et après la guerre de libération 1954-1962. Homme de terrain, stratège militaire, organisateur diplomate et homme politique avisé, Krim Belkacem a marqué l’histoire du pays, voire même celle de l’humanité entière. C’est le cas de le dire quand on sait que Krim a été l’un des rares révolutionnaires à commencer une guerre et la terminer. En effet, Krim Belkacem est monté au maquis en 1947 et a implanté des cellules clandestines du PPA dans 12 douars autour de Draâ El Mizan, armé d’un pistolet-mitrailleur Sten. Les autorités françaises se rendant compte de son influence sur la population, le convoquent le 23 mars 1947 pour « atteinte à la souveraineté de l’État ». Après avoir pris l’avis du PPA, il prend le maquis (sous le pseudonyme de Si Rabah) avec Moh Nachid, Mohand Talah Messaoud Ben Arab. Des menaces et des mesures de rétorsion sont exercées sur son père qui refuse de livrer son fils. En représailles, il dresse une embuscade contre le caïd (son propre cousin) et le garde-champêtre. Le garde-champêtre est tué. En 1947 et en 1950, il est condamné à mort par contumace. Il devient responsable du PPA-MTLD pour toute la Kabylie, et à la tête des 22 maquisards qui composent son état-major il multiplie les contacts directs avec les militants et la population, il réussit à entraîner au moins 500 éléments dans son maquis, à la veille de l’insurrection de Novembre 1954. A la fin de la guerre, c’est lui qui signera l’acte d’indépendance de l’Algérie en bas des accords d’Évian, en tant que plus gradé des anciens maquisards et seul membre des six qui ont déclenché le 1er Novembre encore en vie et non-prisonnier, mais surtout en tant que vice-président du GPRA. Ne dit-on pas que derrière chaque grand homme il y a une femme ?
L’enterrement de sa défunte épouse aura lieu demain au cimetière d’El Alia, a ajouté la même source.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours