{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

L’association Machaâl Echahid se réjouit:

«Le Hirak remet au goût la déclaration de Novembre»

«Le Mouvement populaire a réitéré son attachement aux principes de la déclaration de Novembre en réclamant leur application sur le terrain», a soutenu l’historien Lahcen Zghidi.

«Le Mouvement populaire est une suite de la révolution de Novembre 1954, des drapeaux sont portés à travers les 48 wilayas du pays et des portraits des personnalités historiques et des slogans portant sur les principes de la déclaration de Novembre sont brandies», a déclaré l’historien et professeur d’université Mohamed Lahcen Zghidi. Intervenant au forum d’El-Moudjahid dans le cadre d’une rencontre organisée par l’association Machaâl Echahid à la veille du 57ème anniversaire de l’indépendance, cet académicien estime que l’événement se distingue cette année avec la révolution pacifique qui aspire à un Etat démocratique et de droit. «Ceux qui pensaient que la page de l’histoire sera tournée avec le départ de la génération de Novembre 1954 se trompent», a-t-il soutenu en précisant qu’a travers ce mouvement, le peuple a prouvé son attachement à l’histoire et tout ce qui représente son identité et son unité. «Le Mouvement populaire a réitéré son attachement aux principes de la déclaration de Novembre en réclamant leur application sur le terrain», a-t-il déclaré. Se référant à la déclaration du 1er Novembre 1954, cet historien explique que toutes les principales revendications du Mouvement populaire sont puisées de ce document qui donne la parole au peuple et consacre la démocratie. Il a qualifié les revendications du Mouvement populaire de légitimes. Selon lui, un Etat sans une justice et démocratie n’est pas un état. «Lorsqu’on voit la justice convoquer des gens qui étaient auparavant intouchables c’est une vraie révolution», a-t-il attesté tout en reconnaissant qu’il y a eu des erreurs par le passé quand la justice est restée muette devant la campagne de dilapidation des deniers publics. De son côté, l’ancien sénateur et juriste, Boudjemaâ Souilah s’est réjoui de l’exploit du Mouvement populaire qui a libéré le pays de la mafia. «Nous étions pris en otage par une mafia qui a dilapidé toutes les richesses du pays», a-t-il déploré. Selon lui, le peuple a réussi à donner une bonne leçon au monde entier sur son pacifisme et sa conscience. Des anciens moudjahidine qui ont pris part à cette rencontre ont tenu à apporter leur témoignage sur cette date historique du 5 Juillet 1962. « La célébration cette année du 57ème anniversaire de l’indépendance est marquée par un tournant décisif dans l’histoire du pays, c’est une double indépendance que nous vivons pour aller réellement vers une deuxième république», a affirmé Mahrez Lamari.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours