{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Instance nationale de médiation et de dialogue

Le quitus de gaïd salah

Il considère que la plupart des revendications du peuple ont été satisfaites.

C’est lors d’une rencontre avec les cadres et hauts officiers de l’ANP à Blida que le général de corps d’armée, Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire a tenu à rappeler à certains les positions clairement affichées de son institution affirmant «nous n’avons aucune ambition politique que celle de servir la patrie et veiller à garantir sa sécurité et sa stabilité». Il ne manquera pas lors de cette occasion de revenir également sur la situation que traverse le pays soulignant «aujourd’hui, notre pays se trouve, entre de bonnes mains, celles de cadres engagés qui veillent sur sa sécurité, dont l’unique préoccupation est de veiller sur la fierté et la gloire de la patrie, et ils ont tous le mérite pour cela, car l’Algérie forte, stable et sécurisée dérange certaines parties». Des parties jugées par le vice-ministre de la Défense «qui ne veulent pas du bien pour notre pays, ce qui en fait la proie des avides et des aventuriers qui tentent vainement d’entraver son parcours de développement». Le général de corps d’armée révèle au grand jour que «le Haut Commandement, a en sa possession des informations confirmées sur ces plans hostiles», lesquels, ajoute-t-il devant l’assistance «nous avons mis en garde auparavant contre leurs dangers et menaces, qui mettent à profit la situation actuelle que traverse notre pays pour tenter d’imposer leurs agendas et impacter le cours des évènements». La raison et pas des moindres pour laquelle atteste le vice-ministre de la Défense «nous insistons à chaque fois sur la nécessité de rester attachés au cadre constitutionnel pour résoudre les problématiques de la phase actuelle, considérant que c’est la garantie fondamentale, voire l’unique garantie pour préserver l’Etat et ses institutions, ainsi que pour éviter de tomber dans l’écueil du vide constitutionnel et de glisser dans des conséquences désastreuses». Il explique que cette détermination «émane essentiellement de nos convictions bien ancrées en ce principe précieux dont nous ne dévierons jamais.

Ces parties qui refusent la solution

«En effet, l’Algérie, legs des Chouhada, a connu à travers son long parcours de combat et de militantisme, de nombreuses épreuves et adversités, tant les actes barbares et de dévastation commis par le colonialisme abject à l’encontre de son peuple, que les drames et tragédies perpétrés par le terrorisme odieux, ou même les actes de pillage, de malversation et de dilapidations des potentiels de la nation commis par la bande». Ainsi, le vice-ministre de la Défense nationale classe la bande parmi ceux qui ont fait plus de mal à l’Algérie. Pour lui « cette Algérie, chère à nos cœurs, grande par ses braves hommes intrépides et sa glorieuse histoire, ainsi que grâce à ses potentiels disponibles, ses multiples réalisations et son avenir prometteur, n’est pas un jouet entre les mains des aventuriers». A ce propos, il avertit encore «nous nous attelons, au sein de l’Armée nationale populaire, en permanence et avec une grande vigilance, à la défendre et la préserver, et resterons aux aguets face à quiconque qui tenterait de porter atteinte à sa stabilité, sa sécurité, sa réputation et sa renommée».
Le vice-ministre revient ensuite sur la politique du dialogue qui demeure la voie vers la sortie de la crise pour dire. Il insiste ainsi : «Nous avons foi dans le dialogue sérieux aux objectifs bien définis, nous le saluons et le soutenons. Un dialogue constructif à même d’offrir les solutions appropriées et de créer les conditions idoines pour se diriger vers les présidentielles et les organiser le plus tôt possible.» Pour ce faire, ajoute le vice-ministre de la Défense, «ces présidentielles doivent passer impérativement par l’installation diligente de l’Instance nationale indépendante pour la préparation, l’organisation et la surveillance des élections présidentielles comme extrême priorité dans le processus du dialogue national».
Toujours au sujet du dialogue il soutient «nous valorisons, au sein de l’Armée nationale populaire, les efforts de l’Instance nationale de médiation et de dialogue dans sa noble mission et encourageons ses initiatives visant à accélérer la tenue des phases du dialogue et la prise de toutes les mesures menant à la concrétisation de l’objectif escompté». Le général de corps d’armée considère que la plupart des revendications du peuple ont été satisfaites et déclare à ce propos «nous soulignons que l’Armée nationale populaire, qui a accompagné depuis le début les revendications du peuple algérien, exprimées à travers les marches pacifiques, considère aujourd’hui, en compagnie des vaillants fils de la patrie, que les revendications fondamentales ont été entièrement réalisées, et il ne reste plus que l’étape des élections présidentielles et la prise des mesures y afférentes qui sont nécessaires à leur réussite».

La justice tranchera

Dans ce passage, il ne manquera pas de revenir encore une fois sur les parties qui refusent toute solution constitutionnelle pour dire clairement « nous constatons que certains groupes infimes ayant un lien avec la bande, s’acharnent à rejeter toutes les initiatives présentées et tous les résultats obtenus, en scandant des slogans tendancieux et lançant des appels douteux, dont le but est de minimiser l’importance de ce qui a été réalisé et de s’accrocher à des revendications irraisonnables et obsolètes».
Il souligne à cet effet, «nous appelons les différents médias nationaux à ne pas succomber aux tromperies des ennemis de la nation, mais de contribuer de manière constructive, efficace et positive dans ce noble processus national décisif pour la vie de la nation et de ne pas céder aux desseins douteux». Abordant les dossiers de la corruption traités par la justice il souligne : «Concernant la justice, gérée par des hommes loyaux, nous nous sommes engagés, dans l’Armée nationale populaire, partant de nos missions constitutionnelles et nos prérogatives, à l’accompagner, la soutenir et l’encourager, ainsi qu’à lui fournir toutes les garanties et l’assister pour s’acquitter de ses missions dans les meilleures conditions, loin de toute forme de pression, et rouvrir tous les dossiers lourds, y compris ceux qui étaient délibérément jetés aux oubliettes au fond des tiroirs». Il ajoute encore «que chacun sache que lorsque nous évoquons ces affaires, nous en parlons sur la base d’informations et de données fiables. Chaque mot que nous prononçons n’émane en fait que de vérités concrètes et avérées». Il rassure également que «le dossier de toute personne dont l’implication a été prouvée dans des affaires de corruption et de dilapidation de denier public, sera présenté devant la justice, qui s’occupera de le juger pour son crime envers la patrie et le peuple. De notre part, nous ne connaîtrons point de répit qu’après avoir assaini notre pays de ces saboteurs et les avoir extirpés de cette terre sacrée, pour laquelle des millions deè vaillants Chouhada se sont sacrifiés pour recouvrer son indépendance et sa souveraineté. Nous ne permettrons à personne de jouer avec le destin du pays, et nous nous y opposerons avec toute la force et la rigueur». Saluant lors de son intervention il évoquera certains professeurs en droit «pour avoir éclairé l’opinion publique, et qui n’ont pas hésité à dire la vérité».

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours