{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Agriculture

Nouveautés pour les jeunes

Deux nouveaux mécanismes d'aide aux jeunes innovateurs dans le secteur agricole, seront mis en place prochainement.

Il s'agit en premier lieu de la création d'une cellule d'écoute, de suivi et d'accompagnement au niveau du ministère de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche (Madrp), destinée à appuyer les jeunes porteurs de projets innovants dans le domaine de l'agriculture, l'agroalimentaire, des forêts et de la pêche. L'annonce a été faite par le ministre, Chérif Omari, lors de l'inauguration du Salon international de l'élevage et de l'agroéquipement Sipsa-Filaha 2019, tenu à Alger.
Le deuxième mécanisme est la création d'un Fonds national de soutien aux jeunes innovateurs dans les mêmes domaines. Le ministre a assuré que, via ce fonds, «nous adopterons tous les projets inscrits dans ces secteurs, élaborés selon des approches environnementales et socio-économiques, et y apporterons tout le soutien nécessaire. Le gouvernement accompagnera les jeunes porteurs de projets innovants, à travers les facilités financières proposées dans le projet de loi de finances pour l'année 2020». Celles-ci seraient essentiellement sous formes d'exonération fiscale et d'abattement sur les prix des équipements acquis.
Dans le même contexte, le ministère lancera aujourd'hui le concours «Agrifood Innov» autour de la meilleure innovation chez les jeunes. Un concours organisé pour la première fois au profit des start-up du secteur, des centres de recherches, des écoles et des agriculteurs.
Si l'on se tient à l'objectif phare du Sipsa-Filaha, à savoir, «exporter le produit algérien» il est aujourd'hui évident de se poser la question sur l'inefficacité, voire même, l'absence de mesures de labelisation et de protection de ce produit. A titre comparatif, la Tunisie exporte sa production en dattes, en utilisant le label algérien «Deglet Nour», alors que le Maroc inonde, par ses produits, plusieurs marchés étrangers dont le nôtre.
Sur un autre plan, il y a lieu de rappeler la problématique de placement des produits agricoles nationaux dans les marchés européens, l'un des objectifs escomptés par la mise en oeuvre de l'Accord d'association avec l'Union européenne. Nos produits peinent à franchir les douanes des Etats membres de l'UE, pour motif de non-conformité avec leurs normes, alors que des jumelages ont été réalisées justement pour cet objectif-là.
En outre, quelles seraient les mesures pratiques d'aides (administratives, financières...), ainsi que de contrôle et de suivi pour les futures start-up, si l'on sait que nombre de microentreprises créées dans le cadre de l'Ansej et la Cnac n'ont jamais pu réaliser leurs activités ou ont tout simplement été détournées.
Jusqu'où ira le gouvernement dans sa clémence en direction des agriculteurs, bénéficiaires de crédits à répétition et qui finissent par être épongés à la veille de chaque échéance électorale. Bien du chemin reste à faire pour que ce secteur - et d'autres - parviennent, par des exportations au renforcement du PIB et à une réelle diversification de l'économie nationale, comme estimé.

La Zeclaf à la rescousse
Même si des «quantités considérables de produits agricoles sont exportées actuellement vers l'Afrique et les pays voisins, la place du produit algérien se renforcera davantage dans notre continent avec l'adhésion à la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf), à partir de juillet 2020», a soutenu le ministre.
Il a mis l'accent sur l'importance de «la participation des opérateurs activant dans les secteurs agricole et industriel aux foires internationales, qui constituent des espaces pour promouvoir le produit algérien et faciliter son accès aux marchés étrangers, eu égard à sa qualité et sa compétitivité».
C'est là l'une des mesures annoncées par le ministre du Commerce, Saïd Djellab, lors de la Conférence nationale sur la Zlecaf, en appui aux entreprises algériennes exportatrices. A rappeler que plusieurs délégations africaines présentes en Algérie dans le cadre de cette conférence, ont eu la possibilité de visiter le salon.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours