{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Pour la tenue de la présidentielle

Rahabi pose les conditions

L’ex-ministre de la Communication estime que la «véritable» lutte contre la corruption «se fera quand le système de gouvernement changera» affirmant «dans les conditions actuelles, les Algériens n’iront pas voter».

Quel avenir pour les conclusions prises par le Front national du dialogue lors de la rencontre du 6 juillet dernier après les fractures qui sont apparues? A cette question capitale, le coordinateur de cette rencontre n’a point donné de réponse exacte. Abdelaziz Rahabi, dans une interview accordée, hier, à Radio France internationale (RFI), est certes, revenu sur la crise que vit le pays depuis l’éclatement de la révolution populaire pacifique du 22 février, la plate-forme du front, mais n’a pas plus éclairé l’opinion publique sur l’avenir du dialogue. L’ancien ministre de la Communication qui a été contesté au sein même du front des Forces de changement juste après la publication de la plate-forme ayant sanctionné la rencontre de Aïn Benian, ne s’est pas encombré des contestations apparues et est resté fidèle à ses positions, en affirmant que le dialogue est la voie la «moins coûteuse» et la «moins longue» pour régler la crise politique en Algérie. Il a souligné que seules les élections peuvent exprimer la volonté réelle du peuple, appelant à mettre en place les mesures arrêtées par le Forum national du dialogue pour aller à l’élection présidentielle. L’ex- ministre estime que le temps presse et que le «vide constitutionnel (dans lequel se trouve le pays) s’aggrave», raison pour laquelle «nous avons convenu de sortir avec une plate-forme qui pose les mesures de confiance et d’apaisement que le gouvernement doit prendre avant d’aller au dialogue». Après avoir rappelé donc les grandes lignes de la plate-forme de Aïn Benian, à savoir aller rapidement vers la création d’une instance indépendante pour organiser l’élection présidentielle, Abdelaziz Rahabi va expliquer que cette démarche ne peut être applicable sans qu’elle ne soit accompagnée de mesures d’apaisement, instaurant un climat de confiance entre le peuple et le pouvoir en place. «Il faut qu’il y ait une ambiance, un environnement favorable et il faut que les Algériens soient convaincus que leurs voix ne seront pas volées. Il faut que les Algériens soient convaincus de la transparence, de la régularité du scrutin, et cela n’est pas encore acquis», a commencé par dire Abdelaziz Rahabi avant de citer, entre autres mesures d’apaisement, à concéder «la libération de l’audiovisuel public, la levée des entraves faites à l’exercice de la politique par les partis ou encore l’arrêt des poursuites pour des délits d’opinion». Reconnaissant qu’il y a des gestes «très forts» qui sont faits dans la lutte contre la corruption, Rahabi estime cependant, que la «véritable» lutte contre la corruption «se fera quand le système de gouvernement changera». Il s’agit là, bien évidemment, de la revendication principale du peuple depuis le début de ses grandioses manifestations, sans laquelle aucune solution ne pourrait être trouvée. D’ailleurs, l’ancien porte-parole du gouvernement le reconnaît en disant que «dans les conditions actuelles, les Algériens n’iront pas voter». Pour lui, ils sont devenus «plus vigilants, plus exigeants et il est difficile d’établir, aujourd’hui, la confiance rompue entre le pouvoir et les citoyens». Que faire alors ? Pour Rahabi, il y a une «volonté partagée» aussi bien dans le discours politique officiel que dans celui de l’opposition «d’aller vers une solution politique et de retourner vers le processus électoral». Enfin, Rahabi va reconnaître aux jeunes leur mérite et leur maturité «c’est impressionnant. Leurs demandes sont essentiellement politiques, claires, bien structurées, bien formulées. Ils envoient un message très clair, aussi bien à l’opposition qu’au pouvoir : la transition est dans nos têtes, nous savons ce que nous voulons, et nous sommes en mesure de gérer cette période».

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours