{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

oran

Un employé municipal escroque 20 victimes

L’agent municipal réussit à convaincre, en s’engageant à loger les demandeurs de logements contre des sommes de 160 millions de centimes.

Le juge du tribunal près la cour d’Oran a estimé nécessaire de condamner sévèrement un employé municipal accusé d’escroquerie et de falsification de documents officiels, les mis en cause ayant déjà été jugés et condamnés auparavant à deux années de prison ferme par le tribunal de première instance. Dans son plaidoyer, il a requis une sentence de cinq années de prison ferme contre cet accusé et son acolyte, un courtier, n’ayant rien trouvé de mieux à faire, pour accomplir leur acte criminel que d’user et d’abuser de leur pouvoir en faisant miroiter aux mal-logés le rêve d’occuper des logements sociaux. Dans cette affaire, le mis en cause attire ses proies pour les remettre entre les mains de l’agent municipal qui, d’un tour de passe-passe, réussit à asseoir sa notoriété en s’engageant à loger les demandeurs de logements contre 160 millions de centimes à casquer par chacun de ces derniers. En tout, ce sont 20 personnes, constituées dans leur majorité de femmes, qui sont tombées dans le piège de l’employé municipal ayant gagé sa carrière de 25 années de labeur dans la municipalité d’Oran. Cette affaire a été déclenchée récemment, suite aux dépositions faites par une dizaine de femmes ayant été abusées par le courtier et l’agent municipal, soulignant avoir fait l’objet d’escroquerie montée de toutes pièces par les deux mis en cause, qui leur ont fait renaître l’espoir d’occuper une habitation décente. Hélas ! Les accusés occuperont la prison pendant que des victimes ont perdu toutes leurs économies, alors que d’autres se sont retrouvées endettées en empruntant de l’argent qu’elles ont versé aux deux arnaqueurs. L’affaire, qui a été traitée à la fin de la journée de mardi dernier, a été mise en délibéré. Les enquêteurs continuent de faire face à cette nouvelle forme de criminalité : la falsification des titres de pré-affectation des logements sociaux. Tout récemment, un individu âgé de 55 ans, qui vendait à ses victimes de fausses décisions de pré-affectation de logements sociaux, a été arrêté par les services de police d’Oran. Le mis en cause s’est spécialisé dans l’escroquerie et le faux en écriture et usage de faux, notamment dans les documents officiels. L’arrestation de cet individu a été opérée sur la base d’informations que les services de police ont reçu, indiquant que le mis en cause escroquait des citoyens en leur remettant de fausses décisions de pré-affectation de logements sociaux, contre la somme de 400 000 dinars. L’individu en question a été surveillé de près par les policiers et une souricière lui a été tendue. Celle-ci s’est soldée par l’arrestation du mis en cause, au volant de sa voiture. Après la fouille du véhicule du suspect, les policiers ont découvert des documents administratifs et, poussant plus loin leurs investigations, ils ont effectué une perquisition au domicile du mis en cause, qui a permis de mettre la main sur d’autres documents, notamment 20 décisions de pré-affectation de logements sociaux portant les noms de plusieurs personnes, cinq documents portant les sceaux de différentes administrations, 83 dossiers administratifs contenant des pièces d’identité et autres documents personnels de citoyens, trois trousseaux de clés neuves censées être celles de logements sociaux, sept cachets humides, entre autres. Présenté par-devant le parquet, l’individu a été placé sous mandat de dépôt.
 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours