Prévisions pour le 17 Aout 2018

 Adrar Min 32 °C Max 43 °C
34
 Laghouat Min 20 °C Max 30 °C
30
 Batna Min 16 °C Max 27 °C
47
 Biskra Min 26 °C Max 34 °C
4
 Tamanrasset Min 22 °C Max 31 °C
28
 Tlemcen Min 17 °C Max 28 °C
39
 Alger Min 20 °C Max 29 °C
30
 Saïda Min 16 °C Max 28 °C
39
 Annaba Min 22 °C Max 29 °C
30
 Mascara Min 18 °C Max 30 °C
30
 Ouargla Min 28 °C Max 37 °C
30
 Oran Min 24 °C Max 27 °C
34
 Illizi Min 28 °C Max 40 °C
32
 Tindouf Min 18 °C Max 36 °C
32
 Khenchela Min 17 °C Max 27 °C
47
 Mila Min 18 °C Max 31 °C
4
 Ghardaïa Min 24 °C Max 33 °C
34
Accueil |Régions |

BÉJAÏA

Les ordures de la cité

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Elles continuent à dangereusement s’amonceler et les engins indispensables à leur évacuation se font toujours désirer.

«Parlons du manque de civisme des citoyens! Ils ne respectent pas les horaires de sortie de leurs ordures», a rétorqué récemment, Mme Salima Makhloufi, directrice de l´hygiène au niveau de l´APC de Béjaïa, sur les ondes de radio Soummam alors que le journaliste l´acculait et la poussait dans ses derniers retranchements. Il est vrai qu´à la fin de l´été 2008 les services de l´APC avaient à coups de communiqués et d´affichage public recommandé à la population de déposer ses ordures ménagères à partir de 23 heures pour tenter d´éradiquer ce véritable fléau qui empoisonne le quotidien des Béjaouis. Cette initiative allait-elle apporter un début de solution à ce qui est devenu pour les responsables et les élus locaux un véritable casse-tête chinois à travers l´ensemble du territoire national. Les villes et les villages d´Algérie sont sales. Béjaïa, quant à elle, croule sous des tas ordures prenant de plus en plus l´allure de ces cités populeuses qui caractérisent les pays qui ont irrémédiablement plongé dans le sous-développement. Interrogé sur le phénomène, la réponse d´un habitant des quartiers de la ville nous a répondu. «Les rats et les souris sont aux portes de nos maisons!» En effet,pour l´avoir constaté, il n´est pas rare de rencontrer ce type de rongeur, même en plein jour.
L´environnement qui se détériore, au fur et à mesure du temps qui passe, leur est favorable. La situation a pris une tournure autrement plus préoccupante lorsqu´a pris fin, le 31 mars 2009 le contrat conclu par l´APC de Béjaïa avec les prérogatives des camions privés qui étaient chargés de la collecte d´ordures. La campagne de l´élection présidentielle battait son plein. Les responsables chargés de cette mission directement liée à la santé publique des citoyens avaient promis alors, que le problème allait être réglé dans la semaine qui a suivi l´interruption de la collaboration avec les privés. Les services de l´APC attendaient la réception de cinq camions à benne-tasseuse. Depuis, les ordures continuent à dangereusement s´amonceler et les engins indispensables à leur évacuation se font toujours désirer. «Cela est dû aux lenteurs bureaucratiques», explique Mme Salima Makhloufi. L´APC de Béjaïa par manque de moyens est obligée de faire appel à des sous-traitants alors qu´elle est la commune la plus riche des cinquante deux communes que compte l´ensemble du territoire de la wilaya. Seuls cinq à six camions sont disponibles tandis qu´une douzaine sont en panne par manque de pièces de rechange. «Nos mécaniciens et nos soudeurs font ce qu´ils peuvent», a déclaré la directrice chargée de l´hygiène de Béjaïa. Les cas de rage qui ont été signalés à El Kseur il y a quelques jours seulement témoignent de l´urgence des moyens à mettre en oeuvre pour éviter une catastrophe sanitaire qui pourrait se transformer rapidement en drame.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha