Prévisions pour le 25 Septembre 2018

 Adrar Min 25 °C Max 35 °C
30
 Laghouat Min 17 °C Max 30 °C
34
 Batna Min 13 °C Max 25 °C
30
 Biskra Min 21 °C Max 32 °C
34
 Tamanrasset Min 22 °C Max 30 °C
23
 Tlemcen Min 16 °C Max 27 °C
32
 Alger Min 21 °C Max 26 °C
34
 Saïda Min 18 °C Max 29 °C
32
 Annaba Min 21 °C Max 27 °C
34
 Mascara Min 16 °C Max 30 °C
32
 Ouargla Min 23 °C Max 34 °C
32
 Oran Min 21 °C Max 26 °C
34
 Illizi Min 24 °C Max 36 °C
30
 Tindouf Min 23 °C Max 33 °C
32
 Khenchela Min 13 °C Max 24 °C
30
 Mila Min 17 °C Max 26 °C
30
 Ghardaïa Min 20 °C Max 31 °C
32
Accueil |Régions |

BÉJAÏA

Le logement, entre scandales et retards

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Face aux affaires ayant éclaboussé l’Opgi, l’inaction des promoteurs et le manque de terrains d’assiette, le programme de l’actuel quinquennal risque de ne pas voir le jour de sitôt.

La gestion des réalisations de logements tous types confondus est loin d´être à la hauteur des attentes des bénéficiaires à Béjaïa. Les scandales qui minent le secteur et les retards qui s´accumulent n´y sont pas sans provoquer un état d´inquiétude, au demeurant légitime, chez les bénéficiaires et ceux qui aspirent à en bénéficier à l´avenir. L´alerte est mise au goût du jour par le récent sit-in des bénéficiaires des 80 logements à la cité Sidi Ali Lbhar devant le siège de la direction du logement et des équipements publics (Dlep). Elle en est une preuve qui s´ajoute au détournement ayant émaillé l´Office de gestion immobilière de la wilaya et à bien d´autres facteurs pour donner un constat peu reluisant en la matière. Le retard accusé dans la réalisation des logements auxquels ils ont postulé depuis maintenant deux ans sur le site de Sidi Ali Labhar, a poussé ces postulants à manifester leur mécontentement. D´autant que le taux d´avancement des travaux n´a pas dépassé la barre des 10%. Si les bénéficiaires du site Sidi Ali Labhar ont opté pour la manifestation, d´autres ont carrément retiré leurs dossiers, las d´attendre l´abri tant désiré. Les postulants aux logements sont sceptiques. Y accéder parait de plus en plus utopique devant les scandales et les retards qui font régulièrement la «une» des journaux. Les pouvoirs publics, le wali de Béjaïa et l´Assemblée populaire de wilaya (APW) s´étaient distingués par la promesse d´installation d´une commission d´enquête qui devait éplucher les dossiers d´attribution des logements LSP réalisés par l´Opgi de Béjaïa. L´office s´est avéré, par la suite, être une poudrière. L´affaire était portée devant les tribunaux. Des condamnations ont été prononcées et l´affaire n´est qu´à ses débuts. Rien qu´avec ce qui a été déjà révélé, le doute s´installe dans l´esprit des postulants. La situation est telle que le programme de logements de 31.500 unités dont 16.000 logements ruraux, 9500 LPL (ex-logements sociaux) et 6000 LSP, dont a bénéficié la wilaya de Béjaïa dans le cadre du plan quinquennal 2010-2014, se voit bloqué, même si au niveau de la wilaya, on affirme le contraire. Une option plausible, qui trouve sa raison d´être dans le non-achèvement du programme du précédent quinquennal qui accuse d´énormes retards dus pour l´essentiel aux oppositions des citoyens, à l´absence de coordination entre les différents services et la faiblesse de l´outil de réalisation. Il reste, en effet, près de 10.000 unités à réaliser. Face au tapage qui éclabousse l´Opgi, l´inaction des promoteurs, le manque de terrains d´assiette, le programme de l´actuel quinquennal, qui représente une évolution de 47% par rapport à la dotation précédente, ne verra, de ce fait, pas le jour, du moins dans l´immédiat. Et c´est dans ce sens que la wilaya avait préalablement demandé à toutes les communes de proposer des terrains pouvant accueillir des programmes de logements.
La répartition se fera sur cette base, a précisé, il y a quelques mois, le premier magistrat de la wilaya. Ce nouveau programme de logements répond à la demande globale exprimée lors des travaux de la commission mixte APW-administration. Le recours aux entreprises étrangères n´est pas écarté pour sa réalisation. Si l´Etat n´a pas été avare en matière de dotation, la réalité locale n´a pas suivi pour propulser de l´avant le développement en la matière. Sans des mesures radicales et urgentes, il serait utopique de croire que le programme actuel sera mené dans les délais. Il risque de connaître le même sort que son précédent, si ce n´est plus, avancent les plus pessimistes.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha