Prévisions pour le 24 Septembre 2018

 Adrar Min 24 °C Max 35 °C
30
 Laghouat Min 17 °C Max 30 °C
32
 Batna Min 13 °C Max 26 °C
32
 Biskra Min 21 °C Max 34 °C
32
 Tamanrasset Min 21 °C Max 31 °C
23
 Tlemcen Min 20 °C Max 28 °C
32
 Alger Min 20 °C Max 27 °C
32
 Saïda Min 19 °C Max 31 °C
32
 Annaba Min 21 °C Max 28 °C
34
 Mascara Min 18 °C Max 31 °C
32
 Ouargla Min 21 °C Max 33 °C
34
 Oran Min 22 °C Max 27 °C
32
 Illizi Min 22 °C Max 35 °C
30
 Tindouf Min 23 °C Max 33 °C
47
 Khenchela Min 13 °C Max 25 °C
32
 Mila Min 15 °C Max 27 °C
34
 Ghardaïa Min 20 °C Max 30 °C
34
Accueil |Régions |

BOUIRA

16 mois sans salaire

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Des ouvriers de l´Office national du matériel agricole, Onama, au nombre de six, sont sans salaire depuis maintenant 16 mois. L´organisme qui a subi de plein fouet les changements imposés par le libre marché, mais surtout un laisser-aller de la part des responsables du secteur, s´est retrouvé sans aucun plan de charge. Les quelques ouvriers qui ont échappé au licenciement ou qui n´avaient pas la chance de s´installer à leur compte, se sont retrouvés gardiens d´un lieu envahi par les herbes sauvages. Même les dépôts qui, à un moment ont été cédés en location à des privés, ont fini par fermer. L´organisme qui était un fleuron et un soutien réel à l´agriculture du temps de l´économie administrée, est devenu par la volonté des personnes et de la concurrence déloyale, un temple à souvenirs. Les employés qui ne veulent pas voir leur source d´existence disparaître patientent depuis 16 mois et continuent à exercer leurs missions, le gardiennage, sans que personne ne daigne leur venir en aide. A travers plusieurs écrits, ces employés demandent l´intervention du wali ainsi qu´une enquête pour déterminer les responsabilités dans une situation qui n´honore personne. Même les fellahs qui ont transité par cet organisme pour acquérir du matériel dans le cadre des nouvelles formules tel le leasing, crient au scandale. Certains ont vendu leur matériel pour le renouveler. Des tracteurs payés, il y a deux années, ne sont, à ce jour, pas livrés, poussant les postulants à recourir à la location. Cette obligation engendrée par une attente et des promesses non tenues, est une perte sèche pour les agriculteurs. Du côté de l´administration de l´agriculture, c´est le silence total sur ce qui ressemble à un scandale dans une wilaya à vocation agricole comme aiment à le dire les responsables.
Signalons que lors du Salon de l´agriculture organisé au printemps de l´année dernière, le stand de l´Onama était étrangement vide quand des privés se vantaient de pouvoir soutenir les fellahs auprès des banques. Pourquoi avoir accordé toutes les facilités à des individus quand on ferme les portes à un organisme étatique qui, en son temps, a grandement participé à l´essor de l´agriculture? La question est posée.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha