Prévisions pour le 26 Septembre 2018

 Adrar Min 25 °C Max 36 °C
32
 Laghouat Min 18 °C Max 27 °C
30
 Batna Min 15 °C Max 21 °C
39
 Biskra Min 20 °C Max 27 °C
28
 Tamanrasset Min 21 °C Max 30 °C
30
 Tlemcen Min 14 °C Max 24 °C
32
 Alger Min 18 °C Max 26 °C
34
 Saïda Min 15 °C Max 25 °C
34
 Annaba Min 20 °C Max 25 °C
11
 Mascara Min 15 °C Max 26 °C
32
 Ouargla Min 22 °C Max 31 °C
30
 Oran Min 23 °C Max 26 °C
34
 Illizi Min 22 °C Max 33 °C
30
 Tindouf Min 22 °C Max 34 °C
34
 Khenchela Min 12 °C Max 20 °C
39
 Mila Min 16 °C Max 25 °C
39
 Ghardaïa Min 20 °C Max 28 °C
32
Accueil |Régions |

TIZI OUZOU

Les déchets ménagers et industriels posent problème

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Des centaines de marcheurs ont sillonné les artères de l’agglomération afin de sensibiliser les populations sur les dangers que représentent les centres d’enfouissement techniques.

A Boubhir, localité située dans la commune d´Iloula Oumalou, les citoyens ont organisé, ce week-end, une marche populaire pour exprimer leur indignation quant à l´installation d´un centre d´enfouissement technique près de leur village. Des centaines de marcheurs ont sillonné les artères de l´agglomération afin, disent les organisateurs, de signifier leur refus aux élus et de sensibiliser les populations sur les dangers que représentent ces CET.. Ce projet de montage d´un CET à Boubhir réunit plusieurs communes. L´idée est de trouver un moyen adéquat pour répondre à la demande pressante des citoyens de voir leurs villages et quartiers débarrassés des déchets ménagers. Ce genre de contestation n´est ni nouveau ni spécifique à la commune d´Iloula Oumalou. Actuellement, à travers les villages de la commune de Boudjima, une pétition initiée par des comités de village est en circulation. Les villageois de Boudjima, chef-lieu et Yafadjen contestent l´installation d´un CET à quelques centaines de mètres de leurs maisons. Selon les contestataires, ce centre d´enfouissement technique censé apporter de meilleures conditions d´hygiène dans les villages et quartiers, risque d´être la source de plusieurs dangers en raison des effets de gaz, tels le méthane et autres produits. Parallèlement, les contestataires évoquent la proximité d´une zone d´activité. Celle-ci, selon leurs propos, ne saurait guère attirer des investisseurs au cas où elle serait un jour fonctionnelle. Le premier constat fait ressortir que les actions de colère des populations n´interviennent que lorsque les voies de dialogue et de concertation sont fermées. Manquant d´imagination, de budgets conséquents, d´une part, et poussés par la volonté d´assainir l´environnement des villages, d´autre part, les élus n´ont, comme solution à proposer que les CET. Seulement, ces centres répondent-ils aux normes internationales requises? Les populations craignant pour la santé des futures générations, refusent cette méthode. Cette défiance repose, d´une part, sur beaucoup d´interrogations et d´angoisses légitimes. Quelles assurances avancent les gestionnaires quant à l´élimination des déchets? Que proposent les élus comme solution pour parer aux dangers des dioxydes, du méthane et des fumées qui envahissent les villages, sur la santé publique? D´autre part, les populations ignorent les produits et le genre de déchets qui y sont quotidiennement déversés.
Sur ce chapitre, les élus locaux semblent absents alors que des camions arrivent avec des déchets venus des chantiers des travaux publics, des centres de santé, des ménages et bien d´autres origines.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha