La fête en douce

Le passage à l´année 2011 ne semble pas avoir intéressé les Bouiris. La nuit de vendredi et dès 20 heures, le chef-lieu était vide comme à l´accoutumée. Seuls les retardataires étaient encore à la place Rahim-Ghalia. Des échos parvenus de la station de montagne Tikjda faisaient état de la présence de nombreuses familles venues en majorité de l´Algérois.Les quelques hôtels de la wilaya qui distribuent de l´alcool ont été les seules destinations en cette fête qui reste chrétienne. Les familles bouiries préfèrent célébrer «Yennayer» et l´«Hégire» qui sont les véritables repères de nos ancêtres. Même les artisans pâtissiers se sont abstenus de confectionner des bûches puisque les quelques familles qui ont fait des emplettes se sont rabattues sur des gâteaux traditionnels nationaux. Profitant de l´aubaine, les rôtisseries ont bien sûr augmenté le prix du poulet rôti le faisant passer de 450 DA à 500, voire 550 DA l´unité. Préférant rester en famille, les citoyens de la wilaya de Bouira dans leur grande majorité a observé le passage à la nouvelle année devant le poste télé pour peut-être voir la finale de «Alhane Oua Chabab». Pour Yennayer, les préparatifs ont déjà commencé.