Prévisions pour le 27 Septembre 2018

 Adrar Min 25 °C Max 31 °C
23
 Laghouat Min 17 °C Max 24 °C
30
 Batna Min 10 °C Max 21 °C
30
 Biskra Min 17 °C Max 30 °C
34
 Tamanrasset Min 20 °C Max 30 °C
30
 Tlemcen Min 12 °C Max 24 °C
47
 Alger Min 19 °C Max 25 °C
32
 Saïda Min 15 °C Max 25 °C
30
 Annaba Min 18 °C Max 23 °C
30
 Mascara Min 15 °C Max 27 °C
30
 Ouargla Min 20 °C Max 27 °C
30
 Oran Min 21 °C Max 26 °C
34
 Illizi Min 21 °C Max 31 °C
30
 Tindouf Min 23 °C Max 32 °C
34
 Khenchela Min 8 °C Max 20 °C
30
 Mila Min 12 °C Max 24 °C
34
 Ghardaïa Min 18 °C Max 23 °C
34
Accueil |Régions |

IMEZGHAREN

«Nous voulons de l’eau et du gaz!»

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Les villageois promettent de se comporter comme les peuples civilisés en saisissant la justice à chaque fois qu’une irrégularité est constatée.

«Nous voulons que notre village soit alimenté en eau potable et en gaz de ville», c´est ainsi que se sont exprimés plusieurs citoyens du village Imezgharen. Ce village, qui relève administrativement de la commune de Frikat, à quelque 45 kilomètres au sud de la wilaya de Tizi Ouzou, est complètement délaissé par les autorités locales.
Selon les habitants, ce village ne dispose d´aucune commodité d´une vie décente, ce qui accentue leur exaspération et leur calvaire quotidien. «Nous voulons notre part de développement dans cette Algérie jeune de 49 ans d´indépendance et qui a dépensé plus de 500 milliards de dollars ces dix dernières années», déclare un citoyen, estimant que l´eau et le gaz, le minimum de ces commodités. Les Imezgharenis espèrent, ainsi, que leur village ne sera pas oublié encore une fois et bénéficiera, sans nul doute, d´une infime partie de la cagnotte de 286 milliards de dollars engagée dans le cadre du plan quinquennal 2010-2014. On notera qu´une enveloppe de 265,4 milliards de dinars (26.540 milliards de centimes) est réservée à la wilaya de Tizi Ouzou. Les habitants du village Imezgharen estiment que quelque 10 milliards de centimes suffiront largement à dépasser plusieurs de leurs problèmes quotidiens; à commencer par le raccordement des foyers au gaz de ville et leur alimentation en eau potable.
A propos de l´eau, les habitants rappellent que leur village n´est alimenté que rarement et que les robinets sont souvent à sec. «En 2010, nous en sommes encore à nous approvisionner en eau sur le dos de nos femmes, nos mères et nos soeurs...», déplore un villageois. «Depuis que nous avons procédé à la fermeture de l´APC, du parc communal et de la route principale les 29 et 30 août 2010 pour demander justement l´eau et le gaz, les autorités, à leur tête le directeur de l´hydraulique de la wilaya de Tizi Ouzou et le maire, nous ont fait la promesse concernant l´alimentation en eau potable, mais ce n´est que de la poudre aux yeux, car on nous demande d´attendre et nous craignons d´attendre encore longtemps sans pouvoir arriver à ce précieux liquide», souligne un villageois, ajoutant que les promesses s´évaporent rapidement, d´autant plus qu´elles ne sont pas tenues. Les habitants déplorent que des «petits» responsables locaux bloquent les décisions des responsables de wilaya et même du ministère. A présent, les villageois réfléchissent à des procédures idoines pour faire aboutir leurs revendications. «Jusqu´à maintenant, on a privilégié la voie du dialogue en prenant attache avec toutes les parties concernées, notamment l´APC et la direction de l´hydraulique mais on ne voit rien venir à part les promesses qui ne sont pas tenues», dénoncent-ils. Les habitants menacent de recourir à l´action musclée en mettant en garde les autorités. «Si jamais on ne tient pas la promesse».
«On entend souvent Belkhadem exhorter ses élus à aller à la rencontre des citoyens pour les écouter et prendre en charge leurs revendications pour éviter la protestation dans les rues. Dites-lui que le maire de notre commune, qui est issu du FLN, fait peu de choses pour répondre à nos doléances et qu´il n´est jamais venu nous écouter», souligne un autre citoyen. «Qu´ils ne nous accusent pas, s´ils ne répondent pas à nos demandes sociales, d´être manipulés par quiconque, car nous attendons depuis plus de quatre mois et ce ne sont que des promesses qui s´évaporent au fil des jours qu´ils nous projettent», ajoute un autre villageois. Les habitants de ce village déplorent, également, les anomalies qu´ils constatent à chaque lancement d´un projet dans leur village, en particulier et la commune de Frikat, en général. Ils évoquent le cas du nouveau CEM du chef-lieu communal qui n´est pas encore doté de trottoir. Ils exigent également, la rénovation en semi-tapis du tronçon de la route du lieudit «Akham Ferrar» jusqu´à Wehren. Au final, les villageois promettent de se comporter dans l´avenir comme des peuples civilisés en saisissant la justice à chaque fois qu´une irrégularité, de quelque nature que ce soit, sera constatée.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha