CONSTANTINE

Le marché informel envahit Didouche-Mourad

Le commerce informel est devenu un véritable casse-tête pour les autorités locales et même pour les citoyens constantinois qui n´hésitent plus à dénoncer l´anarchie qui fait partie du décor de la ville. Et c´est dans la perspective d´introduire de l´ordre et des solutions que l´Union générale des commerçants et artisans algériens ont tenu une rencontre avec les commerçants de la rue Didouche Mourad, ex-rue de France. Elle a avancé des propositions devant permettre de délocaliser les marchands informels, dont l´activité a envahi et défiguré l´une des principales artères de la ville.
Les représentants de l´Ugcaa ont tenu à informer l´assistance qui active dans le commerce informel des contacts déjà entrepris avec les autorités locales dans la perspective de délocaliser le marché informel, tout en précisant que d´autres négociations vont être menées avec l´APC. A ce propos, les commerçants ont rétorqué au coordinateur de l´Ugcaa que délocaliser les marchands informels ne fait que déplacer le problème et que ça ne règle rien en fin de compte. Mais on croit savoir qu´une solution est possible parmi la liste de propositions adressée aux autorités et à la Sûreté de la wilaya d´où il ressort l´utilisation des anciens Souk El Fellah, le Globe, mais aussi les ex-magasins de Districh dont 16 sont toujours fermés et bien d´autres points qui peuvent être exploités comme des lieux de commerce. Les acteurs du commerce informel déclinent ces offres sous prétexte qu´ils vont perdre leur clientèle. Il est vrai que jamais les marchands informels n´ont réalisé un chiffre d´affaires aussi important que celui obtenu depuis un mois et demi, qu´ils ont envahi la rue Didouche Mourad et il n´est pas question pour eux de risquer des pertes. C´est dire le problème. Tout va perdurer dans le temps et dans l´espace et jamais Constantine n´a connu autant l´anarchie! La police reste sur ses gardes afin d´éviter des débordements pouvant provoquer des incidents.