{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Après les trousseaux scolaires gratuits

Du gel et des bavettes aux élèves

Après l'acquisition des fournitures scolaires à la charge des trésoreries des communes de la wilaya de Tizi Ouzou, d'autres communes décident de doter tous les établissements situés sur leur territoire de moyens de faire face à la propagation du Covid-19. La première à passer ce cap, c'est Aït Oumalou qui annonce, sur sa page officielle, qu'elle dote tous ses établissements scolaires, primaires et collèges, d'appareils- thermomètres pour la protection des enfants et le personnel pédagogique, des risques de contamination au Covi-19.
Ces initiatives qui vont sans nul doute se multiplier, durant les jours qui viennent, visent en effet à venir en aide aux parents qui ont la charge d'acheter les bavettes et le gel hydro-alcoolique nécessaire pour chaque enfant, ce qui fait que la charge est trop lourde pour des parents qui ont plusieurs enfants scolarisés. Cette semaine, d'ailleurs, beaucoup de parents interrogés devant les écoles affirmaient qu'ils vivent une situation difficile à cause des frais occasionnés par ces produits et les affaires et livres scolaires qu'il faut également payer. En plus de l'implication des élus locaux, d'autres initiatives individuelles et de groupes de citoyens se joignent à la mêlée pour apporter le plus qui manque. Ainsi, dans la ville de Tizi Ouzou, les membres du comité de quartier de M'douha, dans la ville de Tizi Ouzou, ont procédé à la distribution, aux enfants scolarisés, de masques de protection offerts par un bienfaiteur. En effet, quelques jours avant la rentrée scolaire, de nombreuses communes ont annoncé qu'elles prennent en charge l'acquisition des fournitures scolaires pour tous les élèves du cycle primaire. Des élus ont voté des budgets spéciaux pour doter les enfants de trousseaux scolaires. La décision, très bien accueillie par les parents, les a grandement soulagés d'un poids difficile à porter par ces temps de vaches maigres.
Par ailleurs, en plus des difficultés budgétaires éprouvées par les familles, certains enseignants dans quelques établissements du secondaire commencent à exprimer ouvertement leur colère quant aux programmes très chargés. Avant-hier, les enseignants du lycée Krim Belkacem ont observé une journée de grève pour réclamer des aménagements au volume horaire des programmes. Cette grève a été, par ailleurs, précédée d'une autre au niveau d'un autre lycée situé dans la ville de Tizi Ouzou pour les mêmes raisons. Le mouvement de protestation a ainsi nécessité un déplacement sur place du wali de Tizi Ouzou.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours