{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

L’œil au Palais

La personnalité de l’inculpé
Certains avocats aguerris aux nombreuses entourloupes, ont l’art à la barre, de ne pas faire perdre leur temps aux juges du siège. Cette situation a lieu lorsqu’ ‘ils défendent un inculpé qui plaide coupable. C’est pourquoi ces plaideurs vont à l’essentiel, à savoir, qu’ils vont directement à l’octroi des circonstances atténuantes ! Ici, c’est le pouvoir discrétionnaire du juge qui entre en scène.
Le magistrat possède pour ce faire, plusieurs conditions utiles et nécessaires à mettre sur le plateau de la balance avant de décider quoi que ce soit en matière de jugement juste et équitable. Nous avons d’abord la personnalité du suspect, la nature du délit, et enfin, les antécédents judiciaires.
Le dossier est alors ficelé et le juge peut décider, après avoir entendu toutes les parties en présence, en toute souveraineté et au-dessus de tout, la conscience tranquille. Justice aura été rendue dans le sens propre du terme.

Le gosse est donc libre, mais…
Hadj A.L. était en train de parcourir son journal préféré, lorsqu’il tomba nez à nez sur une info qui vit son sang ne faire qu’un tour : « Ça, alors ! Mon fils vient d’être acquitté par le conseil de discipline du Conseil supérieur de la magistrature, après l’avoir été à trois reprises (après deux pourvois en cassation, émis par le parquet général). C’est une bonne nouvelle, ça ! Mais au fait, si je viens d’apprendre que mon enfant vient d’être acquitté, je n’ai jamais appris qu’il avait été un jour inquiété, poursuivi, interrogé, et inculpé ! » pensa-t-il heureux, mais inquiet sur le passé de son fils qu’il avait connu droit, honnête incorruptible, sans tache d’une honte qui ne dit pas son nom. Le tribunal criminel de Bouira a tranché après un harcèlement judiciaire idiot de ceux qui poursuivaient Saïd. A. L. Le pauvre juge qui aura entre-temps erré durant 6 longues années, tout magistrat suspendu qu’il était, avant d’être blanchi et muté à quelque 300 bornes du lieu de la première affectation. Il y a des trucs à la chancellerie qui se passent de tout commentaire et le moment est plus que jamais venu pour que la justice occupe la place qui aurait dû être la sienne depuis fort longtemps.
Une justice pour tout le monde, égale, juste et tranchante !

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours