{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

L’œil au Palais

Le juge, cette cible !

Les incessantes attaques séniles et souvent inutiles contre la justice et les magistrats sont, de nos jours d’actualité. De tous les cotés, la justice reçoit des coups. Sur le plan pratique, deux individus se déchirent à la barre.
Le juge écoute. Il soupèse les arguments des uns et des autres avant de décider du sort des justiciables. Devant la loi, la balance penche et le verdict est prononcé en silence.
La justice aura dit son dernier mot et la justice s’en sort grandie. Mais il y aura immanquablement des moues !
Le perdant aura chaque fois des choses à dire.
Comment des gens non initiés au processus de rendre justice, se mordent les phalanges lorsqu’ils sont eux-mêmes traduit en justice. Force doit rester à la loi. L’autorité du juge ne peut en aucun cas, être mise en cause.
Le seul moyen de protester, l’a été par la loi : l’appel ou le pourvoi en cassation. Car, ne l’oublions jamais, dans tous les cas de figure, le juge est seul. Il est isolé face aux dossiers, souvent mal ficelés.
Du travail en perspective, puisque le boulot est alors ardu, à la limite, inhumain.
Les sceptiques et autres pessimistes vous soulèveront entre autres des arguments fallacieux.
La nécessité de service, le devoir de réserve, lorsque ce n’est pas le minable salaire qui a fait dire à un magistrat qui avait en face de lui un milliardaire jugé pour surfacturation : «Mon verdict va-t-il peser face à la fortune du prévenu ?» D’autres vous affirmeront quoi que l’on fasse,
« nous serons toujours assez loin de la justice britannique » ! O.-K. ! Mais nous voulons simplement une justice algérienne, sans maquillage ni tambour.
Les conventions internationales sont utilisées d’une manière «cahin-caha». Quand certaines personnes interviennent sur les plateaux de chaîne télévision, ils ne ratent jamais l’occasion d’ouvrir les anciens dossiers où ils sont partie prenante. Ils omettent surtout de souligner que personne n’ouvrait la bouche à ce moment – là, moment où les militaires de l’ANP, officiers et simples soldats veillaient sur la sécurité du pays alors que les brigands s’adonnaient à un pillage systématique des caisses de l’Etat, un Etat pour lequel sont tombés les meilleurs de ses fils, au fil des années, des mois et des jours.
Depuis un certain temps, de loyaux magistrats ont été nommés à des postes sensibles. Cette affirmation provient du fait que la propagande lancée par les partisans de la bande, que les magistrats ont d’autres «maîtres» des lieux : vraie ou fausse, cette info entre dans le cadre de la tentative de déstabilisation de la justice qui sait rester imperturbable !

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours