Accueil |Sports |

MADJER ET BENCHEIKH TENTENT DE CALMER LE JEU

Les Verts au coeur d'une énième polémique

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Feghouli en compagnie de deux grandes stars qui ont marqué le football mondialFeghouli en compagnie de deux grandes stars qui ont marqué le football mondial

Depuis 2010 jusqu'en 2014, deux générations de footballeurs ont porté le maillot national à ce jour. A quoi bon vouloir faire le distinguo entre des joueurs qui possèdent tous la nationalité algérienne, et dont certains d'entre eux sont nés hors du pays?

Equipe nationale oblige, le dernier passage éclair à la tête des Verts du Serbe Milovan Rajevac, sanctionné par une première contre-performance le 9 octobre passé au stade Tchaker de Blida contre les Lions indomptables du Cameroun, pour le compte des éliminatoires qualificatives au Mondial 2018, a malheureusement donné lieu à une énième polémique très malvenue. Pour cause, le récurrent sujet relatif aux joueurs dits Franco-Algériens, ou bien binationaux, a malheureusement refait surface, au moment même où l'EN n'en avait guère besoin. Une controverse de plus qui s'est invitée au débat, à partir des plateaux de nos confrères sportifs d'El Heddaf-TV, via deux actuels consultants, et non des moindres, en l'occurrence Rabah Madjer et Ali Bencheikh. Deux authentiques ex-joueurs de l'EN durant les années 1980-1990, et qui ont porté un avis très sévère envers l'EN, notamment au lendemain de sa sortie ratée face au Cameroun. Un avis d'ailleurs largement partagé par la plupart des millions d'Algériens, terriblement déçus par la dernière médiocre prestation en date des Fennecs contre les Lions indomptables. Cependant, il est fort regrettable pour l'image de l'EN, qu'un joueur comme Sofiane Feghouli se sente obligé de répondre via son réseau social personnel, aux dernières sévères critiques portées à son égard et envers ses coéquipiers de l'EN, comme si l'actuel néosociétaire de West Ham, était le principal mal des Verts. Pis encore, l'ancien joueur du FC Valence, a été contraint de rappeler aux uns et aux autres, son amour indéfectible pour le maillot national, comme si quelque part, tous ses coéquipiers «émigrés» de l'EN, n'étaient en réalité que des mercenaires en mal d'argent. Quand bien même les Rabah Madjer, Ali Bencheikh, Chaâbane Merezkane, ou bien tous les anciens joueurs de l'EN 1982 ont le droit légitime de s'exprimer aujourd'hui sur l'EN, il est toutefois très déplorable de ressasser à chaque fois un sujet qui risque de porter un sérieux préjudice aux Verts. Parler aujourd'hui d'un conflit de générations entre certains anciens et actuels joueurs de l'EN, relève à notre humble avis, de vieux réflexes qui n'ont plus aucune raison d'être cités, ni même la moindre place dans le contexte footballistique actuel. Quand l'Espagne évolue dans les différentes compétitions, au sein de la Roja, il n'est plus question de joueurs basques, castillans, ou même surtout catalans. Les Espagnols sont tous derrière leur sélection nationale, et oublient tous leurs rivalités régionales. En Algérie, il en est de même pour les 40 millions d'Algériens, toutes générations confondues, qui ont autant glorifié tous les héros de Gijon 1982, et avant eux, celles des JM 1975 et JA 1978, sans oublier de citer les vainqueurs de la CAN 1990. Et puis depuis 2010 jusqu'en 2014, deux nouvelles générations de footballeurs algériens ont porté à leur tour le maillot national à ce jour. A quoi bon vouloir faire à tout prix le distinguo entre des joueurs qui possèdent tous la nationalité algérienne, et dont certains d'entre eux sont nés hors du pays? Quand bien même Ali Bencheikh a parfaitement raison de dire très clairement le fond de sa pensée, notamment au sujet de ces milliers de jeunes footballeurs du cru, de plus en plus délaissés au profit de leurs compatriotes nés en France, et dont beaucoup évoluent aujourd'hui dans le championnat algérien, il n'en demeure pas moins que le dernier échec des Verts ne doit en aucun cas ouvrir la voie à autant de controverses totalement inutiles. Autant le palmarès de Rabah Madjer, ou bien la carrière d'Ali Bencheikh, sont reconnus de tous, autant les dernières performances des Verts au Mondial 2014 ne sauraient être «enterrées», ou bien tout simplement oubliées, pour des considérations visiblement liées directement aux «éternels» détracteurs de l'EN, devenus légion, notamment depuis que les Verts ont pris de la hauteur. Les Salah Assad, Tedj Bensaoula, Djamel Menad, Djamel Zidane, ou bien encore Moussa Saïb, ont bien été à leur époque les meilleurs ambassadeurs du football algérien sur le continent européen. En France, la seule évocation d'un footballeur de la dimension de Mustapha Dahleb, remplissait sans cesse de fierté tous les Algériens. D'ailleurs, l'ex stratège du PSG, et authentique fils de Béjaïa, ne s'est jamais invité à un débat aussi inutile que celui que «certains cercles», ont encore voulu remettre de nouveau sur la table. Un débat des plus malsains, et totalement inopportun, au moment même où l'EN doit impérativement aller chercher le 12 novembre prochain au Nigeria un résultat qui la remettra en course, et la veille duquel tout le peuple algérien retiendra son souffle. Au lieu de revenir sans cesse sur ce qui s'est produit dernièrement au sein du vestiaire des Verts, il faut plutôt prier le ciel pour que les Fennecs retrouvent très vite leur football qui a fait rêver des millions d'Algériens au Brésil. Il n'est jamais bon d'enterrer trop vite l'EN, encore moins de l'accabler de tous les maux aujourd'hui. Les Slimani et consorts sont tous d'authentiques joueurs qui nous doivent une sacrée revanche. Madjer et Bencheikh le savent très bien. Dixit le technicien Hubert Fournier: «L'Algérie est une excellente équipe, mais on ne peut pas dire autant de son entourage actuel!». Comme quoi, le président Mohamed Raouraoua a réellement du pain sur la planche, et certainement beaucoup de soucis à se faire car tout le peuple attend désormais un sursaut de la part de l'EN. Avec ou sans le duo Feghouli-Brahimi, le Onze national est obligé de répondre à ses détracteurs actuels.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha