ALORS QUE BELMADI LE REMPLACERA, SAÂDANE DTN, CHAREF DEN

Alcaraz plie bagage

Le divorce est consommé
Le divorce est consommé

Une décision prévisible de la part de la Fédération algérienne de football qui s'est vite rendu compte de son erreur de casting et qui cherchait depuis quelques semaines déjà une formule magique pour limoger le technicien espagnol.

Comme annoncé sur ces mêmes colonnes et depuis quelques jours déjà, l'avenir du sélectionneur national, l'espagnol, Lucas Alcaraz, à la tête des Verts ne tenait qu'à un fil. Et voilà que ce dernier vient de «lâcher» sous la pression des médias et des supporters de l'EN, suite à un parcours complètement raté avec les partenaires de Bensebaïni. Une décision prévisible de la part de la Fédération algérienne de football qui s'est vite rendue compte de son erreur de casting et qui cherchait depuis quelques semaines déjà, une formule magique pour limoger le technicien espagnol. Cela s'est confirmé il y a 48h, suite à la sortie médiatique du président de la FAF, Kheïreddine Zetchi, qui évoquait clairement une rupture de contrat à l'amiable avec l'ex-coach du FC Grenade et qui devait être scellée, dès hier matin, à l'occasion de la réunion d'urgence du Bureau fédéral de la FAF au CTN. Comme prévu, Zetchi a choisi d'impliquer ses proches collaborateurs du BF dans cette décision, alors qu'il avait opté seul au recrutement de cet entraîneur ibérique au mois d'avril dernier. Ayant longtemps cherché les brèches dans le contrat d'Alcaraz pour le «dégager», Zetchi n'a pas trouvé mieux que les clauses qui obligeaient le coach de l'EN à rester en Algérie pour superviser les joueurs locaux et leur organiser des stages de routine. Chose faite cette semaine, au lendemain du retour de Yaoundé avec dans les bagages une défaite amère (2-0) contre le Cameroun.

Négociation de la résiliation du contrat la semaine prochaine
Au bout de trois jours de stage à Sidi Moussa, hier matin, Alcaraz et son staff ont quitté Alger, emportant leurs affaires personnelles après avoir salué les joueurs de l'EN A' et le personnel du CTN, ce qui sonnait clairement comme un «adieu». Alcaraz a quitté Alger en début d'après-midi, en direction de l'Espagne, sans toutefois faire de bruit. En même temps, Zetchi se réunissait avec ses collaborateurs pour trancher le sort de son coach, et qui s'est vite rendu à l'évidence de l'écarter avec l'approbation du BF. Selon notre source, les membres du Bureau fédéral ont décidé à l'unanimité le limogeage de l'entraîneur national, six mois après son arrivée en Algérie. Ces derniers ont exigé son départ avant le match contre le Nigeria, prévue le 10 novembre à Constantine, contrairement à ce qui avait été décidé auparavant par la FAF. Les discussions concernant les indemnités de rupture de son contrat (qui courait jusqu'en 2019) devraient avoir lieu dans les prochains jours, selon cette source, lors des négociations avec ses managers. Pour rappel, le coach a refusé de partir sans indemnités en faisait valoriser ses droits, préférant donc poursuivre sa mission jusqu'à la CAN 2019 à défaut de «sauter» avant. Chose faite et confirmée après la déclaration de Kheiredine Zetchi de trouver une solution à l'amiable pour rompre ce contrat. A sa nomination, Alcaraz, 51 ans, était le 4e sélectionneur à prendre la tête de l'EN depuis le départ de Halilhodzic à l'issue du Mondial 2014. il suivra ainsi les pas de Gourcuff, Rajevac et Leekens avec un bilan négatif de quatre défaites, un match nul et une victoire. Les expériences loin de l'Espagne ne réussissent donc pas au malheureux Ibère. Il avait auparavant entraîné le club grec Aris Salonique, de décembre 2012... à janvier 2013.

Saâdane et Charef au secours de Zetchi
Lors de cette même réunion et même si on n'a pas encore tous les détails, notre source nous confiera que Zetchi serait déjà sur les traces d'un nouveau coach qui sera installé avant le match Algérie-Nigeria. En plus de Rolland Courbis, Claudio Ranieri et Djamel Belmadi, l'entraîneur français Laurent Blanc aurait été proposé, mais Zetchi aurait déjà pris la décision de contacter personnellement l'ex-coach de Lekhwiya. En effet, l'ex-boss du PAC devait, selon cette même source, appeler Belmadi dès hier soir, pour lui faire une proposition officielle, afin de prendre les commandes des Verts, lequel serait motivé et favorable à ce challenge. Par ailleurs, deux autres décisions importantes ont été prises hier matin, en attendant le compte- rendu complet de cette réunion du BF. Celle-ci concerne l'installation de Rabah Saâdane au poste de directeur technique national, à la place de Fodhil Tikanouine, alors que Boualem Charef devrait se charger de la direction des Equipes nationales. Le premier retrouvera le terrain mais, cette fois-ci, pour une autre tâche, après avoir été à trois reprises coach des Verts, afin de s'occuper d'un département complètement délaissé, tandis que le second s'occupera des jeunes sélections nationales et de leur formation. En attendant l'officialisation de ces trois décisions importantes par la FAF et la désignation du futur coach de l'EN, d'autres dossiers chauds sont toujours dans l'attente d'issues positives, à l'instar de la CFA, la Dncg et les questions relatives à la relance du football national.