Accueil |Sports |

HANNACHI DÉBOUTÉ HIER PAR LE JUGE

JSK: porte ouverte aux investisseurs

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Hannachi part, Aït Djoudi resteHannachi part, Aït Djoudi reste

Cette décision affaiblit incontestablement Hannachi malgré l'introduction d'un pourvoi en cassation. Le cours des évènements va s'accélérer car le verdict a longtemps ralenti l'avancée des choses ce qui permettra aux investisseurs de faire d'autres pas en direction de la Sspa.

Finalement, le juge près le tribunal de Tizi Ouzou a rendu son verdict hier matin dans l'affaire qui oppose le président de la JSK, Mohand Cherif Hannachi, au directoire qui lui a retiré sa confiance le 7 septembre dernier. Le juge a donc débouté Hannachi, considérant que sa requête introduite est irrecevable pour non-conformité. De son côté, l'avocat de Mohand Cherif Hannachi affirmait que son client ne baissera pas les bras pour autant car un pourvoi en cassation allait être introduit. Hannachi ne semblait donc pas résigné à se laisser faire. Bien au contraire, il maintient plus que jamais, selon son avocat, sa conviction que la procédure de sa destitution par le directoire est illégale. Toutefois, selon les observateurs, la décision du juge, rendue hier, affaiblit incontestablement Mohand Cherif Hannachi malgré l'introduction d'un pourvoi en cassation. Le cours des évènements va certainement, ajoutent les mêmes voix, s'accélérer car le verdict a longtemps ralenti l'avancée des choses. La décision va ainsi permettre aux investisseurs de faire d'autres pas en direction de la Sspa. L'ouverture du capital du club est plus que jamais à portée de main de la nouvelle équipe.
Les nouveaux dirigeants, s'appuyant sur la décision d'hier, réclameront sans nul doute le cachet et le chéquier du club. C'est à la défense de Hannachi de savoir repousser cette éventualité. Pour rappel, le verdict a été reporté plusieurs fois par le tribunal, à la demande de l'avocat de Mohand Cherif Hannachi. Un report qui a été derrière l'incapacité de Hamid Sadmi de convaincre son partenaire italien Rocco Cavallo de venir investir à la JSK. C'est le cas du jeune investisseur Cherif Mellal qui n'a pas pu réaliser son rêve d'investir dans le club kayble. Par ailleurs, il est à noter que la nouvelle équipe composée de Madjène, Zouaoui et Aït Djoudi compte apporter d'importants changements à la gestion de l'équipe kabyle. La semaine dernière, Aït Djoudi a jeté un pavé dans la mare en annonçant sa volonté d'apporter des modifications au logo du club. Il a soulevé un tollé général et une levée de boucliers s'en est suivie. Des membres du CSA ont vite opposé un niet catégorique. Lors de sa conférence de presse de samedi dernier, Aït Djoudi a retiré ce qu'il avait dit. En tout état de cause, après ce verdict défavorable à Hannachi, les choses vont certainement s'accélérer. Mais entre-temps, la JSK perd sur son propre terrain et enchaîne les nuls et les défaites en championnat de Ligue 1 Mobilis.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha