Accueil |Sports |

PRÉSIDENCE DE LA LFP

Arab annonce sa candidature

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Deux potentiels candidats pour succéder à KerbadjDeux potentiels candidats pour succéder à Kerbadj

Cette candidature intervient après plusieurs autres déjà citées parmi lesquelles on notera celle de l'ex-président de l'USMA, Saïd Allik, qui a lui-même émis le voeu de prendre la tête de la LFP en remplacement de Mahfoud Kerbadj.

Depuis que le Bureau fédéral de la Fédération algérienne de football a annoncé sa décision de retirer la délégation de gestion des championnats de football professionnel au conseil d'administration de la Ligue de football professionnel, et donc signifiant le départ du président Mahfoud Kerbadj, des personnalités sont annoncées pour briguer le poste. Le dernier en date cité a été le nom du directeur général de la SSPA-ES Sétif, Azzedine Arab. Ainsi, aux dernières nouvelles, le DG sétifien, membre du conseil d'administration de la LFP, postule donc au poste de président de la LFP pour succéder à son président Mahfoud Kerbadj. Selon certains médias, Azzedine Arab, devrait déposer sa candidature une fois que la date de l'assemblée générale élective est révélée. Il faut rappeler que le nom de Hassan Hammar, de la même formation, a également été cité plusieurs fois pour ce poste. Mais apparemment, il aurait soutenu totalement la démarche de Arab. D'ailleurs, Hammar est attendu pour user de ses amitiés avec les membres de l'assemblée générale pour aider le président de la SSPA-ESS à obtenir ce mandat. Cette candidature vient après plusieurs autres déjà citées parmi lesquelles ont notera celle de l'ex-figure emblématique et ex-président de l'USM Alger, Saïd Allik, qui a lui-même émis le voeu de prendre la tête de la Ligue en remplacement de Mahfoud Kerbadj. Saïd Allik, a d'ailleurs lui-même déclaré: «Je suis intéressé par ce poste, mais cela doit se faire selon des mécanismes précis. Je suis président du CSA de l'USMA, et mon club doit me mandater pour présenter ma candidature», avant de rappeler: «Je me suis déjà intéressé au poste de président de la FAF (lors des élections de mars 2017, ndlr), mais l'USMA a préféré présenter un autre candidat». D'autre part, on n'omettra pas non plus de citer les noms de Abdelkrim Medouar, le président de l'ASO Chlef ainsi que de Mourad Lahlou, président du NA Hussein Dey pour ce même poste. C'est dire qu'en dépit du fait que Kerbadj ait contesté la décision de la FAF en saisissant le Tribunal arbitral du sport (TAS) pour violation de la réglementation en vigueur, sur la loi régissant les fédérations et ligues sportives, on n'hésite pas à postuler à la présidence de la LFP alors que rien n'est encore très clair là-dessus. Et c'est justement ce qui explique pourquoi à la FAF on ne s'engage pas encore officiellement à fixer la date des deux assemblées générales, la première pour désigner les commissions de candidatures et de recours et la seconde pour élire le nouveau président. Il est utile de rappeler au passage qu'au mois de janvier dernier, la FAF a annoncé la décision de son BF de retirer la délégation de gestion des championnats de football professionnel au conseil d'administration de la Ligue de football professionnel (LFP). «Mise en application avec effet immédiat, des dispositions de la convention relative aux relations FAF et LFP, en procédant au retrait de la délégation de gestion des championnats de football professionnel au conseil d'administration de la LFP», écrit la FAF sur son compte officiel sur Twitter. La décision a été prise lors de la réunion du Bureau fédéral de la FAF qui s'est tenue à l'Ecole nationale des sports olympiques d'El Baz à Sétif, en présence de 11 membres sur les 13 que compte le Bureau fédéral. «En attendant la tenue d'une assemblée générale élective de la LFP, le BF va charger un directoire de gérer les affaires courantes», précise l'instance fédérale. Cette décision met donc «indirectement» fin au règne du président de la LFP Mahfoud Kerbadj, élu en juillet 2011. La convention de la délégation a été signée le 4 juillet 2011 entre l'ancien président de la FAF Mohamed Raouraoua, Mahfoud Kerbadj et Ali Malek, président de la Ligue nationale de football amateur (Lnfa) pour la gestion des deux championnats amateur et professionnel. Mais, après le recours déposé par Kerbadj au niveau du TAS algérien, tout en précisant qu'il pourrait même saisir le TAS de Lausanne au cas où la réponse de l'instance algérienne serait négative, fait donc «patienter» la FAF avant de s'engager «officiellement» dans le processus de l'élection d'un nouveau président de la Ligue de football professionnel. Affaire à suivre.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha