Accueil |Sports |

TAREK ARAMA, MANAGER GÉNÉRAL DU CS CONSTANTINE

"Ce titre est le fruit d'un dur labeur"

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Les Sanafir sur le toit du football algérienLes Sanafir sur le toit du football algérien

C'est un responsable constantinois aux anges, qui s'est exprimé après que son équipe, le CSC, ait validé son sacre en championnat. Il s'agit de la deuxième couronne du club après celle de 1997.

Tarek Arama, puisque c'est de lui qu'il s'agit, entre dans l'histoire du club. Il était joueur lors de la première consécration avant de revenir, 21 ans plus tard, pour s'offrir un deuxième titre de champion, en tant que manager général cette fois-ci.
«Une grande ville comme Constantine mérite de gagner des titres et, Dieu merci, nous avons réussi à le lui offrir cette saison. Notre mission n'était pas facile, mais tout le monde est unanime à dire que c'est une consécration méritée, nette et sans bavure», a-t-il dit à la fin du match remporté à Blida (1-2). Et d'ajouter: «Nous avons occupé cette première place au classement depuis la cinquième journée, et nous ne l'avons pas lâchée jusqu'au bout. Malgré des périodes de passages à vide, joueurs, entraîneurs, dirigeants et supporters sont restés unis pour arriver, au finish, à être consacrés procurant une joie indescriptible à tous les amoureux de notre club.» Le responsable des Sanafir affirme qu'il a commencé vraiment à croire au titre après les deux victoires en déplacement de son équipe, chez l'USMA puis la JSK, sur le même score (2-1). «A ce moment-là, et en voyant la force mentale de nos joueurs ainsi que la manière de gérer du staff technique, j'ai commencé vraiment à y croire. Intervient, par la suite, l'apport de tous les autres acteurs, à commencer par les dirigeants, les supporters jusqu'au dernier employé. Tout le monde y a contribué», poursuit-il, non sans appeler à ne pas baisser les bras pour faire encore plus. «Nous devons continuer sur la lancée et tenter, chaque fois, d'améliorer les choses pour faire encore mieux lors des saisons à venir. Ce que je promets à nos supporters, c'est que le CSC jouera, si Dieu le veut, chaque saison les premiers rôles. Nous avons un projet à court, moyen et long terme qui va dans ce sens. Pour le réaliser, tous les amoureux du club sont appelés à y contribuer», appelle-t-il. Le dirigeant en question a jeté des fleurs sur l'entraîneur, Abdelkader Amrani, lequel, selon ses dires, y est pour beaucoup dans cette consécration. «C'est un entraîneur qui n'est pas à présenter et un éducateur avant tout. Son point fort demeure la manière avec laquelle il a géré le vestiaire, un point très important dans la vie d'un groupe. Cela a fini par payer», a indiqué encore Arama, qui a déjà entamé les négociations avec le coach pour lui faire renouveler son contrat. Lors de l'ultime journée de championnat, le CSC recevra le PAC, samedi prochain au stade Chahid-Hamlaoui de Constantine. La direction du club champion d'Algérie va formuler une demande à la LFP pour jouer en nocturne, dans une soirée ramadhanesque, afin que la fête soit grandiose. «C'est un match que nous devons gagner pour fêter bien comme il se doit ce sacre», a-t-il conclu.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha