Accueil |Sports |

BUREAU FÉDÉRAL DE KICK-BOXING

5 membres interpellent le MJS

Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Le bras de fer prend de nouvelles proportionsLe bras de fer prend de nouvelles proportions

Ces membres contestataires ont expliqué avoir interpellé le MJS comme ultime recours après que leurs premières réclamations, sur le plan interne, n'ont donné aucun résultat.

Cinq des huit membres composant le Bureau fédéral de la Fédération algérienne de kick-boxing, full-contact, muay thai et sports assimilés, qui ont été suspendus jusqu'à nouvel ordre par le président de l'instance, Abbès Essayed, ont décidé d'interpeller le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) avec l'espoir d'être rétablis dans leurs droits. Il s'agit de Mohamed Ghanem, Ahcène Mézine, Fareh Zaïmen, Mansour Akermi et Mohamed Mahieddine, respectivement hauts responsables des Ligues de wilayas d'Oran, Bouira, Jijel, Mostaganem et Tlemcen, que le président Abbès a suspendus jusqu'à leur passage en conseil de discipline, après avoir pris au préalable la décision unilatérale de les priver des droits d'expression et de décision. Les cinq membres contestataires ont expliqué «avoir interpellé le MJS comme ultime recours» après que leurs premières réclamations, sur le plan interne, n'ont donné aucun résultat. «Bien que nous soyons membres du bureau exécutif de la Fédération, le président ne nous consulte jamais avant de prendre une décision. Pis encore, il préfère associer des personnes étrangères au Bureau fédéral à cette prise de décisions, alors que nous, les membres légitimes, sommes marginalisés», ont-ils expliqué. Parmi les griefs reprochés au président Abbès, le fait d'avoir changé trois fois, et de manière unilatérale, le programme d'activité de la saison en cours, pour qu'enfin, il ne le mette pas en application. «Plusieurs athlètes ont dû renoncer au Championnat national de kick-boxing, disputé dernièrement à la Coupole du complexe olympique Mohamed-Boudiaf, juste parce que cette compétition a été reprogrammée à la toute dernière minute et que la nouvelle date ne leur convenait pas», a expliqué Mohamed Ghanem, premier vice-président de la fédération, ajoutant que le président Abbès va jusqu'à ignorer les recommandations de la Direction technique nationale (DTN), notamment, en ce qui concerne le choix des entraîneurs chargés de l'encadrement des athlètes internationaux. Il est également reproché au président de la Fédération d'avoir littéralement «humilié» et de manière «arbitraire» un des cinq membres sus-cités. «Le président cherche à éjecter trois des cinq membres marginalisés, pour pouvoir les remplacer par les trois personnes suppléants qui lui disent ce qu'il doit faire et qui, par conséquent, gèrent indirectement la Fédération», a révélé Mohamed Mahieddine, deuxième vice-président de l'instance. Cependant, Abbès a nié tout en bloc, affirmant que «les cinq membres contestataires ne sont en vérité que des partisans de l'ancien bureau, qui avait brillé uniquement par ses échecs» en les accusant de «vouloir servir uniquement leurs propres intérêts». Le président de la Fédération a conclu en annonçant avoir chargé l'avocat de l'instance de reprendre cette affaire et de s'en occuper personnellement, car lui a «d'autres chats à fouetter». «Je suis un élu, dont la principale préoccupation est l'intérêt général de la discipline. J'ai beaucoup de travail et je n'ai pas le temps pour ce genre d'histoires. C'est donc l'avocat qui se chargera de suivre cette affaire».

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha