Accueil |Sports |

MOHAMED BOUHAFS CONTRE-ATTAQUE ET ENTAME SON MERCATO

Azzedine Aït Djoudi nouvel entraîneur du CRB

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Le président du CRB, Mohamed Bouhafs, a rencontré hier l'entraîneur Azzedine Aït Djoudi, et les deux hommes sont arrivés à un accord, en attendant la signature officielle du contrat.

Ils sagit, à vrai dire, d'une contre-attaque de la part du président de Belouizdad aux responsables du CSA (club sportif amateur) qui veulent le destituer, et qui avaient déjà conclu avec l'entraîneur Liamine Bougherara. Et ce n'est pas tout, puisque Bouhafs a pris attache, depuis deux jours, avec des joueurs et managers afin de négocier, et il annonce même des signatures lors de la soirée d'aujourd'hui. Cela dénote que la crise du CRB est encore plus profonde que ce que l'on peut penser, notamment après ce qui s'est passé lors de la dernière assemblée générale des actionnaires, samedi, et qui a été reportée finalement à demain.
L'absence du président actuel, Mohamed Bouhafs (prévisible) ainsi que de son prédécesseur, Réda Malek, lors de cette AG a fait que les bilans des exercices de 2016 et 2017 restent toujours bloqués, ce qui fait que le club ne pourra bénéficier d'aucune subvention, comme le stipule la réglementation en vigueur. Les membres du CSA (Club sportif amateur), actionnaire majoritaire au niveau de la SSPA et initiateur de cette AG, a décidé de convoquer les actionnaires pour un second rendez-vous demain, et si aucun changement n'est apporté, une action en justice sera menée contre les deux responsables en question afin de présenter leurs bilans. Si l'absence de Bouhafs, dimanche, était prévisible, cela était tout autre pour Réda Malek. Ce dernier avait confirmé sa présence, avant de briller, le jour «J», par son absence, en envoyant à sa place son avocat et son ancien vice-président pour le représenter. Or, ces deux derniers ne peuvent le remplacer, ne disposant pas de procuration. Et même s'ils en disposaient, la réglementation en vigueur indique que la procuration doit être faite par un actionnaire, ce qui n'est pas le cas des deux personnes en question. Cela a laissé plusieurs sources dire que ce geste de Malek est loin dêtre innocent, sachant que la relation est électrique entre lui et Chettouf. Ce dernier, par ailleurs, ne semble pas pour autant inquiet par la dernière sortie médiatique de Bouhafs, qui a affirmé qu'il est et restera en poste.
Le président du CSA compte destituer le conseil d'administration dès ce mardi, apprend-on, pour installer, ensuite, un conseil de surveillance et un directoire, par la suite, qui gérera les affaires courantes du club. L'annonce faite par Bouhafs a provoqué un état d'alerte chez les joueurs qui restent encore. Ces derniers ne veulent en aucun cas travailler sous ses commandes estimant qu'il ne sont pas près de revivre le même scénario de la saison passée. Selmi, Heriat ou encore Bourenane, pour ne citer que ceux-là, risquent, du moment à l'autre, d'aller déposer leurs dossiers auprès de la Chambre de résolutions des litiges (CRL) pour salaires impayés. Pour Bouhafs, les portes sont ouvertes pour celui qui veut partir.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha