Prévisions pour le 23 Juillet 2018

 Adrar Min 31 °C Max 46 °C
32
 Laghouat Min 26 °C Max 41 °C
32
 Batna Min 20 °C Max 33 °C
30
 Biskra Min 28 °C Max 45 °C
34
 Tamanrasset Min 23 °C Max 35 °C
32
 Tlemcen Min 21 °C Max 31 °C
34
 Alger Min 21 °C Max 28 °C
30
 Saïda Min 20 °C Max 36 °C
34
 Annaba Min 22 °C Max 30 °C
34
 Mascara Min 19 °C Max 35 °C
34
 Ouargla Min 32 °C Max 46 °C
32
 Oran Min 23 °C Max 25 °C
30
 Illizi Min 25 °C Max 40 °C
32
 Tindouf Min 28 °C Max 44 °C
30
 Khenchela Min 20 °C Max 34 °C
30
 Mila Min 20 °C Max 32 °C
34
 Ghardaïa Min 30 °C Max 43 °C
34
Accueil |Sports |

ICÔNE DU FOOTBALL NATIONAL

Ahcène Lalmas, une étoile s'éteint

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Ahcène Lalmas, une étoile s'éteint

L'Algérie pleure son meilleur joueur algérien de tous les temps... Ahcène Lalmas. Il a tiré sa révérence, hier, à l'âge de 75 ans à son domicile à El Mouradia (Alger), des suites d'une longue maladie. L'information est tombée tel un couperet pour les membres de sa famille, ses amis et proches ainsi que les férus de la balle ronde nationale, que le regretté avait tant enchantés à son époque. Depuis vendredi soir, les informations ne cessaient de circuler concernant son état de santé, lui qui se trouvait, à ce moment-là, dans un état comateux. Hier matin, des rumeurs annonçaient sa mort, mais des membres de sa famille ont démenti l'information, avant qu'elle ne soit confirmée vers les coups de 15h30.
Devant son domicile, une foule très nombreuse s'est présentée pour confirmer l'information. «L'émotion était si grande que personne n'y a cru. Le destin en a voulu ainsi, et nous ne pouvons rien faire, sauf prier pour lui», témoigne Belaïd Hachaïchi, ancien dirigeant du CRB et ami proche du défunt. Les deux hommes partageaient un tas de choses, même le jour et mois de naissance... le 12 mars. Aujourd'hui, aura lieu l'enterrement du défunt au cimetière de Garidi (Alger) et une foule très nombreuse est attendue pour rendre un dernier hommage à celui qu'on surnommait «El Kebch» (le bélier) pour ses redoutables coups de tête sur les coups de pied arrêtés. Issu d'une famille pauvre, originaire d'Azeffoun (Tizi Ouzou), il a débuté sa carrière à l'OM Ruisseau, avant de passer chez le voisin, le CR Belcourt, où il s'est illustré avec une pléiade de stars, tels que les Nassou, Abrouk, Achour, Selmi, Kalem, Hamiti, Chenane, Ammar et tant d'autres. Une génération qui a marqué la naissance du grand Chabab, lequel a dominé en long et en large la compétition nationale. Jugeons-en: avec le CR Belcourt - devenu ensuite le CR Belouizdad -, il a remporté: quatre championnats d'Algérie (1965, 1966, 1969 et 1970); trois Coupes d'Algérie (1966, 1969 et 1970), et trois Coupes maghrébines (1970, 1971 et 1972). En outre, il a été une fois vice-champion d'Algérie (1972) et finaliste de Dame Coupe (1973)... qui dit mieux?
Une décennie passée au CRB (de 1963 à 1973), qui a laissé, et laisse encore, les gens dire que l'Algérie n'enfantera pas de sitôt un joueur de sa trempe. «Sans le connaître personnellement, Lalmas a été pour beaucoup dans l'amour que je porte actuellement au CRB. Avec son génie et ce qu'il pouvait faire avec le ballon, il nous obligeait à aller suivre les matchs du CRB dans les quatre coins du pays, juste pour le voir à l'oeuvre. Certes, l'Algérie a été toujours une terre de football, mais jamais on ne retrouvera un talent comme celui de Lalmas. Il avait une avance conséquente par rapport à tous les autres joueurs de sa génération», fait savoir un vieux supporter du club phare de Laâkiba. Lalmas est allé ensuite faire une pige au NAHD. Son savoir-faire, il a essayé de le transformer, chez les Sang et Or, aux jeunes talents qui s'y trouvaient, à Ali Fergani, Mohamed Khedis, Meziane Ighil ou encore Mahmoud Guendouz. Il passa, ensuite, 8 mois chez l'IR Santé avant de mettre un terme à une carrière bien garnie.
Etoile dans une constellation, il se distinguait surtout par une très forte personnalité, sur et en dehors des terrains, ce qui lui avait valu le respect de tout le monde, coéquipiers et adversaires. L'ascendant qu'il a eu toujours sur ses coéquipiers l'amena petit à petit à se transformer en stratège.
«C'était le patron de l'équipe et quelqu'un de très autoritaire. On n'avait pas intérêt à discuter ses directives sur le terrain. Malheur à celui qui osait lui désobéir», témoignait son ancien équipier au CRB, Rachid Messahel.
Lalmas a porté le maillot de l'équipe nationale à 42 reprises pour 14 buts inscrits, prenant part aux Jeux africains de 1965 et à la CAN 1968 en Ethiopie. Dans ce dernier tournoi, il avait été élu meilleur joueur et buteur. Il a été convoqué pour le premier match de l'Algérie indépendante, le 6 janvier 1963, alors qu'il n'avait pas encore 20 ans. Le trio d'entraîneurs composé de Abdelkader Firoud, Smaïl Khabatou et Abderrahmane Ibrir l'avait appelé pour prendre part à un match contre les espoirs de la Bulgarie. En novembre de l'an 1964, la sélection nationale algérienne défiait l'URSS (2-2), demi-finaliste de la Coupe du monde qui venait tout juste de se jouer. Et c'est le match qui a permis à Lalmas de se faire connaître à l'échelle internationale, avec une prestation de très grande classe mais aussi un but contre le meilleur gardien de but de tous les temps, Lev Yachine. Jusqu'à l'heure, il est le meilleur buteur du championnat (avec plus de 150 buts) et détient également le record de buts marqués en finale de coupe d'Algérie (6 buts en 3 finales). Après avoir mis fin à sa carrière, Lalmas a exercé comme entraîneur des sélections nationales de jeunes lors des années 1980, avant de prendre cette «surprenante» décision de quitter définitivement le monde du football, pour des raisons inconnues jusqu'à ce jour. Il a fini par prendre son secret avec lui.
Sollicité moult fois par des responsables - dont ceux de la Dgsn où il a exercé - afin de le prendre en charge à l'étranger pour se soigner des séquelles laissées par son AVC, il avait souvent décliné ces propositions. Son souhait était de rester chez lui, auprès des siens jusqu'à la fin de ses jours. Un souhait finalement exaucé puisqu'il a rendu l'âme dans sa demeure.
L'hebdomadaire sportif EchibeK avait organisé en 1993 un vote de plus de 350 techniciens, entraîneurs et joueurs algériens, qui l'ont consacré comme meilleur joueur algérien de tous les temps. Et ce n'est pas tout, puisqu'il a été désigné dans le meilleur Onze maghrébin de tous les temps. «Une juste récompense», disent ceux qui ont le privilège de le voir à l'oeuvre. Adieu grand...

Biographie

Nom: Ahcène Lalmas
Naissance: le 12 mars 1943 à Alger
Poste: attaquant - meneur de jeu

Parcours professionnel
-1962-1963: OM Ruisseau
-1963-1973: CR Belcourt
-1973-1975: NA Hussein Dey
-1975-1976: IR Santé

Equipe nationale
-De 1963-1974: 42 sélections
-Buts: 14 réalisations

Palmarès
-Championnat d'Algérie: 1965, 1966, 1969, 1970.
-Vice-champion: 1972
-Troisième: 1967 et 1968.
-Coupe d'Algérie: 1966, 1969, 1970
-Coupe maghrébine: vainqueur: 1970, 1971 et 1972.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha