Prévisions pour le 22 Juillet 2018

 Adrar Min 31 °C Max 46 °C
34
 Laghouat Min 26 °C Max 42 °C
30
 Batna Min 20 °C Max 39 °C
28
 Biskra Min 32 °C Max 48 °C
30
 Tamanrasset Min 19 °C Max 36 °C
32
 Tlemcen Min 22 °C Max 29 °C
28
 Alger Min 20 °C Max 28 °C
28
 Saïda Min 22 °C Max 35 °C
30
 Annaba Min 21 °C Max 28 °C
28
 Mascara Min 23 °C Max 30 °C
28
 Ouargla Min 32 °C Max 45 °C
30
 Oran Min 23 °C Max 25 °C
28
 Illizi Min 27 °C Max 40 °C
32
 Tindouf Min 28 °C Max 44 °C
34
 Khenchela Min 24 °C Max 38 °C
30
 Mila Min 21 °C Max 38 °C
28
 Ghardaïa Min 31 °C Max 44 °C
30
Accueil |Sports |

ELLE RETROUVERA LA FRANCE EN DEMI-FINALE

La Belgique diaboliquement pragmatique

Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Le rêve belge continueLe rêve belge continue

Il faut parfois souffrir pour être beau, et la Belgique savait qu'elle ne pourrait pas remporter un concours de beauté contre le Brésil. Elle a préféré lui proposer un autre jeu, vendredi à Kazan en quart de finale de la Coupe du monde.

Les règles ont été dictées par Roberto Martinez en fonction de ses joueurs avec la consigne de mettre le bleu de travail pour habiller le talent de ses protégés.
En attirant très bas les quintuples champions du monde, les Belges se sont aventurés sur leur terrain de jeu favori: les grands espaces.
Les Auriverdes n'ont pas senti le coup venir, après avoir vu Fernandinho faciliter la partie belge en marquant contre son camp dès la 13ème minute. «On avait un plan, et on l'a appliqué parfaitement», confirme Romelu Lukaku au micro de FIFA.com. «J'avais dit à mes coéquipiers juste avant le match de ne pas avoir peur car on avait les moyens de battre ce grand Brésil, à condition de ne penser qu'en termes collectifs», précise l'auteur d'une course de près de 40 mètres pour mettre Kevin de Bruyne en position de doubler la mise.
L'action illustre à elle seule les paroles de Lukaku qui a donné son costume de buteur au milieu de terrain en échange de sa tenue d'habituel passeur. En bon stratège, Martinez avait compris que ses Diables avaient besoin de se transformer en soldats pour son plan de bataille, et Marouane Fellaini a été le premier à se lancer tête baissée pour aller au front.
«La Coupe du monde ne respecte pas le talent, elle ne respecte que les équipes. Mes joueurs ne sont pas seulement talentueux, ils ont aussi de grandes ressources psychologiques et humaines. Il fallait bien cela pour réaliser la performance ultime à l'épreuve mondiale: faire tomber le Brésil», insiste le sélectionneur le sourire aux lèvres. Le discours d'après-match de Thomas Meunier avait lui aussi des allures de récit de combat. «Je n'ai pas pris de plaisir offensivement aujourd'hui. Cela n'a été que sacrifices et je ne suis pas le seul», souligne l'homme à tout faire sur le côté droit belge, qui manquera pour suspension la mort dans l'âme la demi-finale à venir contre la France. «On doit aussi féliciter De Bruyne, Hazard et Lukaku qui ont tout donné pour l'équipe grâce à leurs mouvements, leurs courses et leur abnégation au service du collectif». Après l'effort intense, le temps du réconfort s'est directement imposé aux joueurs, qui ont voulu profiter ensemble longtemps du moment avant de sortir des vestiaires.
Les Diables ont ensuite invité leurs supporters à en faire de même en savourant le moment, et à laisser aller leurs émotions en lançant de concert un «faites la fête!».
Le Plat-Pays n'avait plus battu une équipe du top 3 du Classement mondial depuis 2002, et une victoire contre la...France.
Les soldats de Martinez avaient débarqué en Russie avec la volonté d'honorer le slogan «Red devils on a mission» (Diables Rouges en mission) sur le bus qui les a déjà transportés dans cinq stades avec autant de succès à la clé. Ils ont montré face au Brésil l'étendue de l'arsenal à leur disposition, prêt pour un nouveau combat.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha