ALORS QUE KAMEL KACI-SAÏD REVIENT PAR LA GRANDE PORTE

MCA: le cauchemar continue

De mal en pis
De mal en pis

Au Mouloudia d'Alger, rien ne va plus, que ce soit sur le plan sportif ou administratif. A vrai dire, les jours à venir s'annoncent des plus chauds dans la maison des Vert et Rouge.

Sur le plan sportif, l'élimination de la course à une place en quarts de finale de la Ligue des champions d'Afrique, après la défaite à domicile face à l'ES Sétif (1-2), mardi dernier, a précipité le départ de l'entraîneur français, Bernard Casoni. Ce dernier a fini par payer ses choix contestés, mais aussi, dit-on, son entêtement sur certains cas de joueurs recrutés.
Le préparateur physique, Belkheir, qui a assuré l'intérim pour le match (encore!) face aux Sétifiens en championnat, n'a pas eu autant de réussite que le Français, puisque l'équipe a enregistré une nouvelle défaite, sur la plus petite des marges, avec une prestation peu reluisante. Ces résultats font que le fossé s'est creusé davantage entre les joueurs et leurs supporters.
Ces derniers, à l'occasion du match de samedi, ont soutenu... l'ESS, tout au long de la rencontre. Tout cela plonge encore plus l'équipe dans une crise où il sera difficile de s'en sortir, sachant que l'équipe doit préparer un chaud derby qui l'attend demain au stade du 20-Août face au CR Belouizdad, dans le cadre de la mise à jour de la 3e journée du championnat.
Une rencontre des plus ardues au vu de la conjoncture actuelle, mais aussi et surtout du fait que l'adversaire reste sur une très bonne victoire, samedi, sur ce même stade face au DRBT (2-1), quittant, ainsi la dernière position au classement général.
Outre ces déficits sur le plan sportif, le volet administratif est aussi un des points qui risquent de jouer un mauvais tour à l'équipe dans les jours à venir. Le gros retournement de situation, avec le retour de Kamel Kaci-Saïd au poste de directeur sportif sur décision du P-DG de la Sonatrach, risque de provoquer une nouvelle crise. En effet, après la décision prise par le président du conseil d'administration du club, Hirèche, de mettre fin aux fonctions de KSK, certains joueurs n'ont pas hésité à le descendre en flammes. Dans une réunion avec Hirèche, certains joueurs ont relevé plusieurs dépassements enregistrés et causé, selon eux, par KSK. Et maintenant que ce dernier est revenu, avec, entre-temps, la démission de Hirèche, l'on imagine mal dans l'entourage du club que la cohabitation devienne possible entre les joueurs et KSK. Cela risque, d'un moment à l'autre, de provoquer l'implosion. Personne ne s'attendait à une réintégration de Kaci-Saïd, surtout que l'on commençait déjà à préparer son successeur, qui devait être l'ancien joueur, Mustapha Maza.
Lors du match face à l'ESS, samedi dernier, les supporters du MCA, présents dans les gradins, ont commencé à scander plusieurs chants pour exprimer leur refus quant à un retour de KSK aux affaires du club, lui qu'ils accusent d'être à «la source du mal».
A l'heure actuelle, tous les voyants au MCA sont au rouge, et les jours à venir apporteront, sans doute aucun, leur lot de nouvelles décisions.