US OPEN DE TENNIS

Nadal a renfilé le bleu de chauffe

Le numéro un mondial Rafael Nadal a encore lâché un set et livré un long combat pour rallier les quarts de finale de l'US Open, dimanche à New York, où Serena Williams a aussi laissé une manche en route.

Deux jours après son combat de près de 4h30 face au Russe Karen Khachanov (26e), dans lequel il était passé près d'être mené deux sets à zéro puis avait évité de justesse une cinquième manche, on se demandait comment allait se comporter Nadal, et en particulier son genou droit, contre le Géorgien Nikoloz Basilashvili (37e). De ce côté-là, le tenant du trophée a rassuré, en jouant sans bandage, et manifestement sans être gêné dans ses déplacements ni sur ses appuis. Mais il a une nouvelle fois dû batailler, quasiment 3h30, pour se défaire de Basilashvili en quatre manches (6-3, 6-3, 6-7 (6/8), 6-4). Tranquille vainqueur des deux premiers sets, Nadal s'est fait surprendre dans le troisième par l'élévation du niveau de jeu du Géorgien, qui s'est mis à enchaîner les revers gagnants. Au total, Basilashvili en a frappé 22, pour un total de 56 coups gagnants! Revenu à deux manches à une, le Géorgien a donné une dernière fois du fil à retordre au Majorquin quand il a recollé à 3-3 après avoir écarté deux balles de 4-1 dans le quatrième set, avant de fléchir. En quarts de finale, un remake de la finale du dernier Roland-Garros, face à l'Autrichien Dominic Thiem, attend l'Espagnol. Le numéro 9 mondial s'est offert le finaliste sortant et numéro 5 mondial, le Sud-Africain Kevin Anderson (7-5, 6-2, 7-6 (7/2)). A 24 ans, Thiem rallie pour la première fois les quarts de finale en Grand Chelem ailleurs qu'à Paris. S'il a battu trois fois Nadal en dix confrontations, sur terre battue en prime, l'Autrichien a l'espoir, mince, que la mission soit plus abordable sur le ciment américain. C'est un peu comme s'il jouait en Argentine. Dans son «tournoi préféré», Juan Martin Del Potro a été porté par les encouragements sonores et chantés - comme deux jours plus tôt contre Verdasco - d'une dizaine de ses amis d'enfance venus spécialement de Tandil, sa ville natale.
Voilà «Delpo», sacré à New York en 2009, en quarts de finale sans avoir perdu le moindre set, après sa victoire 6-4, 6-3, 6-1 face au Croate Borna Coric (20e) en à peine plus de deux heures.
Comme Nadal, Serena a perdu un set, son premier de la quinzaine new-yorkaise. Ca ne l'a pas empêchée de franchir le cap des 8es de finale (6-0, 4-6, 6-3) aux dépens de l'Estonienne Kaia Kanepi (44e), tombeuse de la numéro 1 mondiale Simona Halep au premier tour. La cadette des soeurs Williams (36 ans), de retour à New York un an après avoir donné naissance à sa fille Olympia, a expédié la première manche en seulement 18 minutes en signant quatorze points gagnants. Puis elle a placé un coup d'accélérateur, en particulier au service (18 aces au total), après l'égalisation de l'Estonienne. La sextuple lauréate de l'US Open n'a montré aucun signe d'une gêne éventuelle au niveau de sa cheville tordue au tour précédent face à sa soeur aînée Venus. Serena, 26e mondiale mais tête de série N°17, est en quête d'une 24e couronne en Grand Chelem qui lui permettrait d'égaler le record absolu de Margaret Court. L'Américaine défiera la N°8 mondiale, la Tchèque Karolina Pliskova, pour une place dans le dernier carré. Unique joueuse du top 5 encore en course en huitièmes de finale, la lauréate sortante Sloane Stephens a parfaitement fait parler sa science de l'anticipation et du contre pour se hisser en quarts de finale (6-3, 6-3) aux dépens de la Belge Elise Mertens (15e). La numéro 3 mondiale y affrontera la Lettonne Anastasija Sevastova (18e), tombeuse de la numéro 7 mondiale Elina Svitolina (6-3, 1-6, 6-0). En perspective, un potentiel choc 100% américain avec Serena en demi-finale.