LIGUE DES NATIONS

L'Allemagne fait un pas sur la voie de la rédemption

L'opération rachat débute
L'opération rachat débute

«Nous avons l'occasion de montrer tout de suite que nous sommes encore l'Allemagne!» Draxler avait prévenu avant le match: la Mannschaft allait essayer contre la France de lancer son opération «rachat», après l'humiliation du Mondial en Russie.

En tenant tête aux champions du monde (0-0) sans encaisser de but, les Allemands ont en tous cas réussi le premier pas et démontré, s'il en était besoin, que leur élimination au premier tour de la Coupe du monde, parachevée par une défaite 2-0 contre la très modeste Corée du Sud, était un accident. Jeudi soir à Munich, l'exigeant public de l'Allianz Arena a vu une équipe compacte, rigoureuse en défense, et surtout mentalement beaucoup plus solide que ce qu'elle avait montré en juin. Dans la dernière demie-heure, lorsque l'Allemagne a mis la pression sur le but français, les supporters allemands se sont eux aussi réveillés. Malgré la pluie, les «Deutschland, Deutschland» criés par 60 000 poitrines ont dû faire chaud au coeur de Löw et de ses hommes.
Même si, comme ils le redoutaient, quelques sifflets isolés sont encore tombés des tribunes pour conspuer Ilkay Gündogan, le milieu de terrain d'origine turque victime de violentes attaques avant et pendant le Mondial pour avoir posé en photo avec le président turc Recep Tayyip Erdogan. Côté terrain, on avait vu les Allemands, notamment contre le Mexique ou la Suède en Russie, laisser des boulevards aux attaquants adverses lorsque les latéraux montaient à l'attaque.
«Les latéraux ne vont plus jouer au niveau de la défense adverse. Bien sûr, ils ont le droit de monter mais pas autant que nous ne l'avons fait dans le passé», avait donc prévenu Joachim Löw. «Nous devons mettre toute notre énergie à défendre notre propre but et tous les joueurs doivent s'atteler à cette tâche défensive. Le but, c'est de laisser moins d'opportunités et moins de place à l'adversaire». Et l'on a vu, contre la France, un Timo Werner, positionné comme ailier sur la feuille de match, venir défendre le long de sa ligne de but ou un Thomas Müller dégager des ballons dans sa surface sur les attaques adverses. Cela étant, l'Allemagne ne s'est pas réinventée en un soir. Pendant des années, elle a fondé son jeu sur la maîtrise de la balle et elle a eu contre la France encore 60% de possession. «Nous ne devons en aucun cas abandonner notre vision d'un football de possession, une vision offensive mais il faut trouver un équilibre», avait d'ailleurs expliqué le sélectionneur, dans son analyse des raisons de l'échec en Russie.
Les lacunes actuelles des quadruples champions du monde n'ont pas non plus disparu comme par magie.
L'absence d'un buteur, surtout, continue à se faire sentir. Jeudi soir, c'est Marco Reus qui a joué en pointe mais ni lui ni Müller, sur plusieurs occasions, ni Ginter de la tête, et encore moins Werner, n'ont réussi à tromper la vigilance d'Areola, dans un très grand soir il est vrai. Dimanche soir, la Mannschaft reçoit le Pérou en match amical à Sinsheim, le stade de Hoffenheim, en amical.
Löw aura sans doute à coeur de faire débuter ses nouveaux sélectionnés et laissera probablement au repos certains vieux grognards. Un bon résultat clôturerait cette semaine de reprise sur une note positive et permettrait à l'Allemagne de commencer à tourner la page de la débâcle historique de juin.