Prévisions pour le 22 Octobre 2018

 Adrar Min 19 °C Max 30 °C
28
 Laghouat Min 10 °C Max 25 °C
30
 Batna Min 10 °C Max 20 °C
34
 Biskra Min 16 °C Max 30 °C
32
 Tamanrasset Min 21 °C Max 30 °C
30
 Tlemcen Min 9 °C Max 20 °C
28
 Alger Min 15 °C Max 23 °C
39
 Saïda Min 10 °C Max 20 °C
30
 Annaba Min 17 °C Max 22 °C
47
 Mascara Min 12 °C Max 21 °C
30
 Ouargla Min 17 °C Max 30 °C
30
 Oran Min 18 °C Max 23 °C
28
 Illizi Min 21 °C Max 30 °C
28
 Tindouf Min 20 °C Max 22 °C
12
 Khenchela Min 10 °C Max 17 °C
30
 Mila Min 14 °C Max 20 °C
11
 Ghardaïa Min 14 °C Max 28 °C
30
Accueil |Sports |

DJAMEL BELMADI EN CONFÉRENCE DE PRESSE

"La priorité est de battre le Bénin"

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

«On jouera à domicile. Donc, toute autre issue qu'une victoire sera un résultat négatif», a prévenu le coach national.

Précédant la double confrontation face au Bénin, les 12 et 16 du mois courant dans le cadre des éliminatoires de la CAN-2019, le sélectionneur national, Djamel Belmadi, a animé, hier, une conférence de presse au CTN de Sidi Moussa. L'occasion était de revenir sur ce rendez-vous, mais aussi sur d'autres sujets d'actualité, notamment la dernière sortie du désormais ex-directeur technique national, Rabah Saâdane.

«Je n'ai exclu personne»
Ayant débuté avec un quart d'heure de retard, en raison «du temps pris par la réunion technique» qui s'est déroulée tout juste avant, Belmadi a commencé par répondre à une question relative aux joueurs écartés de sa dernière liste, par rapport à celle du match face à la Gambie. Oukidja, Hassani, Abeid et Boudebouz «ne seront pas mis au placard», a-t-il dit. «Ils auront leur chance dans les prochaines échéances. Ils seront revus et ils reviendront, c'est une certitude. Actuellement, je suis encore dans une logique de revue d'effectifs. C'est donc un moyen pour moi de voir un peu tout le monde», a enchaîné Belmadi. Et de conclure sur ce point: «J'ai à ma disposition 23 joueurs. C'est un effectif équilibré avec de la qualité, ce qui est un grand avantage pour nous.
Il y a un court laps de temps entre les deux matchs et je prends cet aspect très important en compte pour voir quelle équipe je dois aligner.» Concernant Slimani, arrivé blessé au stage des Verts, il a été remplacé par l'attaquant de Vitesse Arnhem, Oussama Darfalou. «Il est blessé pour le premier match et l'on attend le rapport du staff médical pour décider de sa participation au match retour», a expliqué le patron des Verts.

«A domicile, seule la victoire compte»
Enchaînant avec la rencontre de vendredi au stade Mustapha-Tchaker de Blida, le conférencier affirme que seule la victoire comptera pour son équipe, d'autant que le match se jouera à domicile. Dans ce sillage, il dira: «On jouera à domicile. Donc, toute autre issue qu'une victoire sera un résultat négatif». Et de prévenir: «Mais attention, un match n'est jamais gagné d'avance. Il faudra biens sy préparer, en ne négligeant aucun détail. Vous vous rappelez qu'on parlait d'une équipe de Gambie faible'', mais elle avait montré un visage séduisant face à nous. Ceux qui avaient raconté cela ne connaissent rien au football. Désormais, il n'y a plus de petites équipes. Si l'on part avec cette idée de jouer contre une petite équipe, on risque de se faire surprendre et les exemples ne manquent pas dans ces éliminatoires. Là, les joueurs vont m'aider avec leur envie et la joie qu'ils éprouvent d'être là».

«Les joueurs veulent jouer au stade Tchaker»
Le match face au Bénin marquera le retour des Verts au stade Mustapha-Tchaker, «là où les joueurs ont plus de repères». «L'idée de jouer à Tchaker est venue dans le but de revenir à un terrain qui nous a souvent souri. Un stade où les joueurs ont leurs repères et se sentent bien. C'est un point nécessaire dans un premier temps. Après, l'on aura l'occasion de jouer au stade du 5-Juillet, d'une grande capacité avec 90.000 supporters, de l'ambiance et du spectacle sur le terrain. Mais on n'en est pas encore là. On va grandir doucement», rapporte-t-il encore.

«Aucune pression sur les joueurs»
Pour Belmadi, «la double confrontation avec le Bénin est importante, certes, mais pas décisive». «Il n'y a aucune pression ni sur moi ni sur mes joueurs. Il y a plutôt de la détermination avec cette volonté de gagner et de ne pas penser. Face à la Gambie, par exemple, il y a eu des choses négatives, je le reconnais, mais cela est dû à plusieurs aspects, notamment la qualité du terrain qui n'était pas adéquate», explique encore Belmadi.

«Arriver à la CAN avec de grosses certitudes»
A une question concernant justement le niveau actuel de la sélection nationale, Belmadi affirme qu'il est trop tôt pour apporter le moindre jugement. A ce titre, il dira: «Ce que je veux atteindre, à l'heure actuelle, c'est de voir les supporters fiers, heureux et qu'ils disent que cela nous donne de l'espoir. Je veux trouver le bon groupe, le meilleur Onze, le meilleur système de jeu et ensuite, une identité de jeu.
Ça va prendre du temps pour pratiquer le football avec la manière dont je vois le ballon rond. Dire, après cinq séances d'entraînement, qu'on est capable d'affronter les meilleures équipes serait un mensonge. Mais je me bagarre pour être prêt le plus tôt possible. Je veux arriver à la CAN avec de grosses certitudes et dire qu'on est prêt. C'est ça l'idée pour gagner la coupe d'Afrique».

«Bounedjah est un poison pour les défenses»
Au coeur d'une polémique au Qatar, après avoir jeté le maillot d'Al Sadd, Baghdad Bounedjah a, désormais, le soutien de son sélectionneur. Ce dernier a expliqué le comportement de son protégé par son envie de gagner. Faisant l'éloge du serial buteur des Verts, Belmadi rapporte: «Bounedjah a une chose essentielle, c'est l'envie.
C'est un poison pour les défenses. Je le craignais quand je le jouais au Qatar. C'est avant tout un gagneur. Des fois, cela déborde, surtout quand on a le sang chaud.
Je peux gérer ses émotions et l'accompagner. En équipe nationale, il vient avec une grande volonté et veut briller. Il a envie de marquer son passage et son territoire avec les Verts, et c'est un point très important».

«Montrer toute notre confiance à Mahrez»
Critiqué pour son faible rendement en sélection alors qu'il brillait en club, Belmadi pense que l'Algérie doit être fière d'a voir un joueur de la trempe de Riyad Mahrez: «J'ai bon espoir pour Mahrez. Je ne vais pas le laisser.
Je comprends qu'il y a un décalage entre ce qu'il fait en club et en sélection, mais il faut lui témoigner toute notre confiance. Il aime l'Algérie et je suis persuadé qu'il nous donnera ce qu'on attend de lui.»

«Le Qatar et la Chine au menu de l'EN A'»
L'éternelle question, celle concernant les joueurs locaux. Dans la liste de Belmadi, pour ce double rendez-vous face au Bénin, il n'y a qu'un seul joueur local, ait savoir le gardien de but de l'ES Sétif, Mustapha Zeghba.
«De quel joueur me parlez-vous? A quel poste? Pour prendre la place de qui?», sest-il interrogé, indiquant qu'il n'a pratiquement rien, tirer du match qu'il venait de suivre, entre l'USMA et le MCA (0-0), samedi dernier au stade du 5-Juillet. Il a annoncé, à la même occasion, le déroulement d'un stage pour l'EN A', réservée aux joueurs locaux, au mois de décembre prochain et qui sera ponctué par un ou deux matchs amicaux face au Qatar et à la Chine: «Ce sera une occasion pour moi, d'avoir une revue d'effectifs de joueurs algériens, sans pression. Je veux donner la possibilité à ces joueurs de les voir au niveau international.»

«Saâdane? Son niveau est trop bas»
Enfin, et revenant sur la polémique née des déclaration du désormais ex-DTN, Rabah Saâdane, Belmadi n'a pas mâché ses mots, tout en démentant tota lement tout ce qui a été rapporté. «Je venais tout juste de rentrer en Algérie, avec mes parents, quand j'ai entendu parler de cette affaire Saâdane. Mon premier sentiment, c'était de la colère. J'étais dans tous mes états», a-t-il lancé.
Et d'ajouter: «Des gens ont interpellé mon père pour lui dire que ton fils à interdit le restaurant à Saâdane!''
C'est sordide comme histoire. Il fut un temps où Saâdane avait dit des trucs sur moi, j'avais 27 ans, mais je n'avais pas voulu entrer dans ce jeu-là. Mais je me rends compte, j'aurais dû intervenir à ce moment-là, et tuer le bébé dans l'oeuf comme on dit.
C'est de la folie ce qu'il avance, si je commence, à donner des détails, je vais descendre à son niveau, qui est trop bas.
Je serai fou si je vais lui répondre». «Je suis sélectionneur de l'Algérie, avec beaucoup de fierté. Ce qu'il a raconté, ce sont des inepties, un mensonge compulsif, de la mythomanie», a conclu Belmadi.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha