USM ALGER - JS KABYLIE, DEMAIN À 17H45 AU STADE OMAR-HAMADI DE BOLOGHINE

Une question de suprématie

Après une série de reports, l'USM Alger et la JS Kabylie se croiseront demain au stade Omar-Hamadi de Bologhine, pour le compte de la 13e journée du championnat de Ligue 1.
Après une série de reports, l'USM Alger et la JS Kabylie se croiseront demain au stade Omar-Hamadi de Bologhine, pour le compte de la 13e journée du championnat de Ligue 1.

Après une série de reports, l'USM Alger et la JS Kabylie se croiseront demain au stade Omar-Hamadi de Bologhine, pour le compte de la 13e journée du championnat de Ligue 1.

Cette rencontre, opposant le leader à son poursuivant direct, promet du spectacle pour plusieurs raisons. La confrontation porte tous les ingrédients d'un match palpitant entre deux antagonistes qui se battent depuis quelques journées déjà pour le trône. D'une part, après l'avoir perdu au profit des Algérois qui les ont rattrapés, grâce à leur matchs en retard, les Kabyles iront à Alger pour reprendre leur place de leader. Selon le président Cherif Mellal, «les Canaris sont en mesure d'arracher les trois points de cette rencontre, malgré le long intervalle sans aucun match joué». D'autre part, les rencontres entre ces deux équipes ont toujours donné lieu à du grand football. Les gars de la JSK, et contrairement leurs adversaires du jour, manquent cruellement de compétition. Le repos forcé de plus de deux semaines a gravement pénalisé le technicien français, Franck Dumas, dans sa préparation. Ce long intervalle n'a cependant pas que des répercussions sur la préparation physique des Canaris mais pis encore. Après avoir préparé cette même rencontre durant une semaine, celle-ci a été reportée. Dumas a dû revoir ses plans et repris tant bien que mal les entraînements, avant que le même match soit une autre fois décalé. Le moral des joueurs est descendu au plus bas, engendrant la colère du technicien et de la direction. Mais malgré ces pérégrinations, les Jaune et Vert partent au grand complet. Un sérieux avantage pour le technicien qui a va avoir le choix pour son échiquier. De toutes manières, les préparations tactiques indiquent suffisamment que la JSK ne va pas à Alger pour se défendre. Bien au contraire, l'attaque sera renforcée pour arracher les trois points de la rencontre. Très optimiste, Dumas est confiant quant à la capacité de ses joueurs de franchir l'obstacle mental engendré par les reports successifs.

Mellal - Serrar, un match dans le match
La programmation de cette rencontre a suscité une polémique, jusqu'à mener vers un bras de fer entre le président de la JSK, Chérif Mellal et le directeur général de l'USMA, Abdelhakim Serrar. Le premier a accusé le second de «mafieux» avant que le second ne réplique, le traitant de «fou». Les retrouvailles de demain seront très suivies entre les équipes dirigées par les deux hommes. Chacun des deux cherche une victoire et le vainqueur portera, certainement, un coup dur à son adversaire.

Les Canaris veulent envahir Bologhine
Sur un autre chapitre, il est à noter que les Canaris n'iront pas à Alger sans leur 12ème homme, les supporters. Ces derniers se préparent déjà à accompagner leur équipe. Cet élément important dans le football en général est en train de faire une véritable révolution à Tizi Ouzou. Les supporters de la JSK s'organisent de jour en jour afin de constituer de petits comités d'accueil des invités. Les supporters des équipes qui jouent à Tizi Ouzou sont pris en charge jusqu'à leur retour. Un accueil chaleureux leur est réservé tout comme les dirigeants et les joueurs de leur équipe. L'importance de ce volet trouve d'ailleurs toute sa place dans la lutte contre la violence dans les stades. Et c'est justement là qu'apparaît la révolution qui est en train de s'effectuer sur les gradins du 1er-Novembre. En tout état de cause, la rencontre de demain promet un grand football sur le tapis vert et les supporters de l'USMA ont aussi un défi à relever: mener leur petite révolution comme leurs frères le font à Tizi Ouzou.