Prévisions pour le 17 Decembre 2018

 Adrar Min 6 °C Max 21 °C
30
 Laghouat Min 5 °C Max 17 °C
32
 Batna Min 2 °C Max 11 °C
34
 Biskra Min 5 °C Max 21 °C
32
 Tamanrasset Min 6 °C Max 19 °C
32
 Tlemcen Min 7 °C Max 15 °C
34
 Alger Min 7 °C Max 17 °C
34
 Saïda Min 4 °C Max 13 °C
30
 Annaba Min 10 °C Max 17 °C
11
 Mascara Min 7 °C Max 17 °C
30
 Ouargla Min 7 °C Max 19 °C
32
 Oran Min 10 °C Max 18 °C
30
 Illizi Min 3 °C Max 21 °C
32
 Tindouf Min 7 °C Max 19 °C
28
 Khenchela Min 2 °C Max 12 °C
34
 Mila Min 6 °C Max 15 °C
30
 Ghardaïa Min 8 °C Max 19 °C
32
Accueil |Sports |

LIGUE DES NATIONS

La Croatie assomme l'Espagne

Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Un match qui a tenu ses promessesUn match qui a tenu ses promesses

Un but dans les arrêts de jeu du latéral Tin Jedvaj, auteur d'un doublé, a offert une splendide victoire à la Croatie aux dépens de l'Espagne, tombée de haut à Zagreb jeudi en Ligue des Nations (3-2)

Grâce à une seconde période spectaculaire qui a fait oublier leur déroute de l'aller (6-0), les vice-champions du monde croates peuvent même espérer se qualifier pour le Final Four s'ils vont l'emporter lors de la dernière journée en Angleterre dimanche.
Quant aux Espagnols, ramenés violemment sur terre après leurs deux victoires inaugurales, ils n'auront qu'à espérer que leurs deux rivaux se séparent sur un match nul, seul résultat désormais susceptible de les qualifier pour le dernier carré. Les Espagnols ont souvent eu la maîtrise du ballon, mais se sont montrés friables derrière et ont subi l'agressivité d'un pressing qui les a surpris, ainsi que la vivacité de locaux poussés par un Maksimir en feu.
Deux fois les Espagnols sont revenus au score, mais ce sont les Croates qui, à la rage, ont eu le dernier mot. Les «Vatreni» avaient à coeur de réussir leurs retrouvailles avec leur public après un premier match à domicile d'après-Mondial à huis clos (contre l'Angleterre 0-0) pour prix des errements passés de leurs supporters. Ils étaient aussi poussés par l'envie de convaincre qu'ils n'entendent «pas vivre sur leur vieille gloire» de vice-champions du monde, selon l'expression du sélectionneur Zlatko Dalic.
De fait, ils ont vite mis sous pression les visiteurs, avec notamment un Ivan Perisic intenable sur son aile gauche, qui a martyrisé Sergi Roberto. Lancé par celui qui allait être l'homme du match, Tin Jedvaj, Perisic repiquait au centre pour frapper du droit sur le poteau de David De Gea (6), puis adressait un centre fort devant le but qu'Andrej Kramaric était à quelques centimètres de couper (14). Enfin, il se lançait enfin dans une série de dribbles pour voir son tir contré in extremis par Inigo Martinez (18). Au fil des minutes, le pressing croate se faisait moins intense et l'Espagne semblait poser sa patte sur le match. Après un tir lointain non cadré du droit de Saul au terme d'une possession de plusieurs minutes de l'Espagne (44), survenait la première frappe cadrée espagnole. Adressée par Isco à l'entrée de la surface, elle était sortie du bout des doigts par Lovre Kalinic (45+1).
Les buts arrivaient après la pause. L'ouverture du score croate venait d'une erreur du pauvre Sergi Roberto, dont la relance pataude était contrée de la tête par Perisic. Andrej Kramaric s'en allait seul ajuster du droit un De Gea rivé au sol (54, 1-0).
Dans la foulée, un superbe mouvement espagnol amenait l'égalisation, par Dani Ceballos servi à terre de la gauche par Isco (56, 1-1)). Le match s'enflammait. A un raid d'Ivan Rakitic (60), répondait un tir sur la barre d'Iago Aspas sur un ballon mal dégagé par la défense croate (62).
C'était ensuite aux Espagnols d'être pris à défaut derrière. Seul au second poteau, Jedvaj reprenait de la tête le centre de Luka Modric sur un corner en deux temps (69, 2-1). Rebic était tout près de tuer tout suspense mais perdait son duel face à De Gea (72). Mais l'Espagne revenait encore. Car après avoir sauvé son équipe sur sa ligne devant Asensio, Sime Vrasljko commettait une main dans la surface qui permettait à Sergio Ramos d'égaliser sur pénalty (78, 2-2).
Un but étant refusé à Asensio pour hors-jeu, on se dirigeait vers le nul. C'était sans compter sur Jedvaj qui surgissait pour reprendre dans le but vide un ballon repoussé par De Gea sur une frappe de Josip Brekalo (90+3, 3-2).

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha