Prévisions pour le 0 0000

 Adrar Min °C Max °C
 Laghouat Min °C Max °C
 Batna Min °C Max °C
 Biskra Min °C Max °C
 Tamanrasset Min °C Max °C
 Tlemcen Min °C Max °C
 Alger Min °C Max °C
 Saïda Min °C Max °C
 Annaba Min °C Max °C
 Mascara Min °C Max °C
 Ouargla Min °C Max °C
 Oran Min °C Max °C
 Illizi Min °C Max °C
 Tindouf Min °C Max °C
 Khenchela Min °C Max °C
 Mila Min °C Max °C
 Ghardaïa Min °C Max °C
Accueil |Sports |

DÉCALAGE DES PROCHAINES ÉDITIONS DE LA CAN

Ahmad Ahmad à nouveau dans la tourmente

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Le Malgache ne sait plus sur quel pied danserLe Malgache ne sait plus sur quel pied danser

Le feuilleton de l'organisation des prochaines éditions de la CAN n'est pas près de connaître son épilogue.

L'édition de 2019 du tournoi continental a été attribuée à l'Egypte, après avoir été retirée au Cameroun. La CAF a décidé, par la suite, de confier celle de 2021 au Cameroun, et de décaler de deux ans l'organisation des éditions suivantes, celle de 2021 en Côte d'Ivoire à 2023 et de la Guinée de 2023 à 2025. Alors que tout le monde pensait que la CAF avait pris cette décision en concertation avec les pays concernés, il semble bien que cela ne soit pas le cas. En témoigne la sortie médiatique du président du comité d'organisation de la CAN-2021 (COCAN), l'Ivoirien Lambert Feh Kessé, qui a pris la parole pour répondre au président de la CAF, Ahmad Ahmad. Le responsable ivoirien a réitéré la détermination de son pays à organiser la CAN chez lui en 2021 et pas en 2023. Une opposition farouche au calendrier que veut imposer la CAF. Dans une déclaration au journal local Fraternité Matin, Feh Kessé a indiqué que «la Côte d'Ivoire n'a pas encore été saisie officiellement d'une décision de glissement de notre CAN à 2023». Il a taclé la CAF en indiquant qu'«elle a mis la charrue avant les boeufs». «Avant de proposer notre CAN au Cameroun, il aurait été bon de partager cette décision avec les autorités ivoiriennes. C'était la démarche diplomatique préalable, nécessaire à nos relations cordiales», a-t-il regretté, allant jusqu'à accuser l'instance continentale d'avoir contourné le règlement en attribuant l'édition 2021 au Cameroun plutôt que de le suspendre pour ses retards concernant l'édition 2019. Pour contredire Ahmad Ahmad, Feh Kessé a indiqué que «contrairement à ce qu'il affirme, les Ivoiriens sont dans les temps pour 2021». «Les travaux avancent normalement, tant sur le plan de la mise en place des investissements que des préparatifs de l'organisation. (...) Il n'y a aucun risque de retard irréversible pour la livraison des ouvrages à la bonne date, c'est-à-dire à la fin décembre 2020», a assuré Feh Kessé qui soutient la fédération dans son recours devant le Tribunal arbitral des sports (TAS), sachant que le décalage de deux ans de cette CAN aura des répercussions financières. «Le glissement de notre CAN en 2023 comporte des conséquences qu'il va falloir assumer, notamment en matière d'image de notre pays à l'extérieur et des surcoûts d'organisation et d'entretien des infrastructures qui auront été créés. Dans quel état un stade construit en 2020 se trouvera-t-il en 2023? Il va falloir assurer la maintenance des installations et l'entretien de l'édifice et cela a un coût», fait-il remarquer. Malgré cette frustration, les Ivoiriens restent ouverts au dialogue et le pouvoir politique pourrait suivre le Cameroun et la Guinée et accepter ce report des CAN. «La compréhension de la position de chaque partie et le dialogue finiront par prévaloir. Faisons confiance à nos autorités qui prendront des décisions dans l'intérêt de notre pays, en fonction des contraintes auxquelles elles pourraient être confrontées», a tempéré Feh Kessé.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha