Prévisions pour le 0 0000

 Adrar Min °C Max °C
 Laghouat Min °C Max °C
 Batna Min °C Max °C
 Biskra Min °C Max °C
 Tamanrasset Min °C Max °C
 Tlemcen Min °C Max °C
 Alger Min °C Max °C
 Saïda Min °C Max °C
 Annaba Min °C Max °C
 Mascara Min °C Max °C
 Ouargla Min °C Max °C
 Oran Min °C Max °C
 Illizi Min °C Max °C
 Tindouf Min °C Max °C
 Khenchela Min °C Max °C
 Mila Min °C Max °C
 Ghardaïa Min °C Max °C
Accueil |Sports |

LES EN CONVIÉES À EFFECTUER LEURS STAGES À L'INTÉRIEUR DU PAYS

Est-ce le dernier avertissement de Hattab?

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Le MJS veut installer une nouvelle politique de travailLe MJS veut installer une nouvelle politique de travail

Pour Hattab, le sport algérien doit se hisser au niveau mondial compte tenu des efforts déployés par l'Etat en matière de financement et de moyens humains mobilisés à cet effet.

Il y a presque une année, soit exactement le 13 avril dernier, alors qu'il venait juste d'être nommé à ce poste, le nouveau ministre de la Jeunesse et des Sports, Mohamed Hattab, avait indiqué que la subvention financière attribuée aux clubs professionnels de football est consacrée «exclusivement» à la formation et la prise en charge des jeunes catégories, sans qu'elle soit orientée pour le payement des salaires de joueurs et entraîneurs. En d'autres termes, cela voudrait dire que «des clubs détournent les subventions de l'Etat». Pour montrer la gravité de la situation où les clubs crient à la crise financière et l'endettement alors qu'ils se permettent d'effectuer des stages à l'étranger, le ministre a insisté 8 fois depuis l'année dernière, sur le fait qu'il faut exploiter les infrastructures nationales pour ce faire. Et pas plus tard que samedi dernier, Hattab a appelé, à partir de Sétif, les Equipes nationales à «exploiter les installations et les infrastructures sportives dont dispose le pays pour effectuer leurs stages de préparation». L'Etat contribue à hauteur de 3 à 4 millions de dinars pour la prise en charge des jeunes catégories. Mieux encore et pour orienter les responsables concernés, le ministre a précisé que de nombreuses wilayas «disposent d'installations et d'équipements de pointe permettant aux équipes évoluant dans différents disciplines sportives d'effectuer leurs stages dans les meilleures conditions». Hattab a plaidé, en ce sens, en faveur de l'encadrement des fédérations par des personnes compétentes et d'une gestion ayant recours à des plans d'action bien ficelés, rappelant «le droit» de son département ministériel «à l'accompagnement positif de ces fédérations». Il a également ajouté que «le sport algérien doit se hisser au niveau mondial compte tenu des efforts déployés par l'Etat en matière de financement et de moyens humains mobilisés à cet effet», soutenant que «les participations des Equipes nationales dans les différentes compétitions doivent être porteuses de résultats». Question chiffres, il est utile de rappeler que lors d'une séance plénière du Conseil de la nation, au mois d'avril dernier, consacrée aux questions orales, le ministre a indiqué que «les aides attribuées par l'Etat aux clubs professionnels de football doivent être utilisées pour la promotion de ce sport, la création des écoles et centres de formation, l'hébergement et le transport des joueurs, selon les dispositions de la loi sur le sport 13-05 et la convention signée entre la tutelle et les clubs concernés». «L'Etat contribuera chaque saison à hauteur de 3 à 4 millions de dinars pour la prise en charge des jeunes catégories, mais les clubs utilisent cette subvention pour leur préparation à l'étranger«, a relevé Hattab, soulignant que «les sorties à l'étranger doivent être financées par les fonds propres des clubs». C'est alors qu'il a appelé, à cette occasion, les clubs à programmer leurs stages au niveau des infrastructures sportives dont dispose l'Algérie, notamment l'École nationale des sports olympiques à Sétif ou le Centre du sport et de loisirs à Tikjda (Bouira). D'autre part, le ministre a appelé les opérateurs économiques publics et privés à investir dans le football, le sport le plus populaire en Algérie. Il a souligné, par ailleurs, l'importance d'investir dans la formation destinée aux formateurs et aux gestionnaires et dans le secteur du sport, appelant à l'implication du privé à travers l'investissement dans le sport qu'il considère comme un complément aux efforts déployés par l'Etat. Rappelant que 7 398 établissements de jeunesse et de sports ont été réalisés dans tout le pays depuis 1999, Hattab a estimé que cela traduit les efforts déployés par l'Etat dans le domaine du sport. Et fidèle à sa position, samedi dernier, le ministre a tenu à mettre l'accent sur la nécessité de procéder à une bonne gestion des services au niveau de toutes les installations sportives pour créer, selon lui, de la richesse et développer le sport national. Ainsi donc et après ses huit interventions depuis sa prise en fonction (avant-hier pour cette année, le 13 avril, le 2 mai, le 21 mai, le 19juin, le 8 juillet, le 8 septembre et le 4 novembre dernier), c'est à se demander si ce n'est pas le dernier avertissement que le premier responsable du sport algérien adresse aux différents responsables aussi bien des clubs que des fédérations sportives. Wait and see...

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha