Prévisions pour le 0 0000

 Adrar Min °C Max °C
 Laghouat Min °C Max °C
 Batna Min °C Max °C
 Biskra Min °C Max °C
 Tamanrasset Min °C Max °C
 Tlemcen Min °C Max °C
 Alger Min °C Max °C
 Saïda Min °C Max °C
 Annaba Min °C Max °C
 Mascara Min °C Max °C
 Ouargla Min °C Max °C
 Oran Min °C Max °C
 Illizi Min °C Max °C
 Tindouf Min °C Max °C
 Khenchela Min °C Max °C
 Mila Min °C Max °C
 Ghardaïa Min °C Max °C
Accueil |Sports |

SON MANDAT À LA TÊTE DE L'ES SÉTIF ARRIVE À TERME

Hammar dans l'oeil du cyclone

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Et il semble bien que Hammar n'est pas décrié uniquement par son entraîneur et les supporters, mais même par certains membres de la direction.

Jeudi, le mandat de Hacène Hammar à la tête du conseil d'administration de la SSPA de l'ES Sétif a expiré. Le jour-même, donc, devait se tenir l'Assemblée générale des actionnaires au siège du club, sis au quartier dit «Boumarchi». Une AG finalement ajournée, faute de la présence de l'huissier de justice. Aux alentours du siège, des supporters présents en masse ont demandé du changement au sein de la direction, appelant les actionnaires à ne pas renouveler la confiance à Hammar. Ces supporters affirment, tout de même, qu'ils ne sont nullement ingrats, face à tout ce que ce dernier a donné au club, avec des titres à la pelle, que cela soit à l'échelle nationale ou continentale, mais estiment que le moment est venu pour qu'il cède sa place, «puisque sa politique mène, actuellement, le club vers un avenir sombre». Ce qui a provoqué l'ire des supporters et ce retournement contre Hammar, c'est surtout la dernière décision de la Fédération algérienne de football de blacklister le club des Hauts-Plateaux et le placer avec ceux qui sont interdits de recrutement, en raison des dettes envers d'anciens joueurs, qui dépassent le seuil d'un milliard. Et pourtant, Hammar ne cessait de crier sur tous les toits que son club n'y figure pas, annonçant que les dettes sont désormais, toutes, réglées. La gestion des cas de Djabou et Djahnit a aussi joué en défaveur de Hammar, surtout après les déclarations du premier, qui a descendu en flammes ses dirigeants, allant même jusqu'à dire que c'est lui (Djabou) qui avait payé certains joueurs avec son propre argent. Ceci, avant que n'intervienne cette sortie médiatique de l'entraîneur Noureddine Zekri, lequel a mis à nu certaines pratiques issues de son président. Cela concerne d'abord la décision de récupérer le défenseur Anès Saâd, sans qu'il y ait l'aval du coach. Chose qui a poussé ce dernier à le renvoyer vers l'équipe réserve. Le premier responsable à la barre technique de l'Aigle noir, a aussi affirmé qu'il a donné son accord pour le recrutement d'un attaquant étranger, avant d'être surpris de voir Hammar faire signer un autre, en l'occurrence le Nigérian Ifeanyi Ifeanyi. Et il semble bien que Hammar n'est pas décrié uniquement par son entraîneur et les supporters, mais même par certains membres de la direction. Azzedine Arab a indiqué, dans ce sillage, qu'il comprend parfaitement la réaction des supporters et qu'il est temps qu'il y ait un changement à la tête du club. «Il y aura même l'ouverture du capital social dans les jours à venir, afin d'ouvrir la voie à l'arrivée d'une société nationale par assistance de la FAF, comme promis par cette dernière», a-t-il déclaré. Hammar, qui se trouve dans l'oeil du cyclone, est annoncé du côté du CRB, où certaines sources affirment qu'il a reçu une offre de la part du groupe Madar Holding, actionnaire majoritaire du club algérois, pour intégrer son équipe dirigeante.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha