Accueil |Sports |

CONVENTIONS MJS - FÉDÉRATIONS SPORTIVES

Une initiative bien tardive

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Vaut mieux tard que jamaisVaut mieux tard que jamais

Au niveau du ministère de la Jeunesse et des Sports, des compétences avérées s'y trouvent et qui savent parfaitement qu'on ne prépare pas des compétitions internationales, telles que les JO et les JM à une ou deux années de leurs tenues.

Comme rapporté dans notre dernière livraison, des conventions-cadres viennent d'être signées entre le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) et sept fédérations sportives, portant sur l'exploitation et la mise à la disposition de ces dernières de trois complexes sportifs, dans le cadre de la préparation des athlètes d'élite en vue des prochains jeux olympiques 2020 de Tokyo et des Jeux méditerranéens de 2021 d'Oran. La signature des conventions se fait en deux phases. La première est celle qui vient de s'effectuer avec les sept fédérations olympiques concernées, à savoir les luttes associées, la gymnastique, le karaté-do, le judo, l'haltérophilie, le tennis de table et le football. Quant à la deuxième phase, elle concernera la signature de 14 conventions-cadres avec d'autres fédérations sportives olympiques dont le volley-ball, le tennis, le badminton, l'escrime, la boxe, la natation, le handball, le tir sportif, le cyclisme et la voile.

La charrue avant les boeufs
Mais là, il faut bien reconnaître que cette «très bonne initiative» est venue très en retard. L'on a mis, en réalité, «la charrue avant les boeufs». Car, faut-il bien préciser, le mouvement sportif national ne connaît pas une «véritable politique sportive». Le constat montre qu'on réagit en fonction des urgences du moment. Sinon, comment expliquer, par exemple, qu'on attend juste une année avant les JO de Tokyo et deux ans avant les JM d'Oran pour mettre à disposition ces fameuses infrastructures sportives au profit de nos fédérations.
Au niveau du ministère de la Jeunesse et des Sports, des compétences avérées s'y trouvent, et qui savent parfaitement qu'on ne prépare pas de telles compétitions à une ou deux années de leurs tenues. De plus, il faut faire remarquer que des fédérations pourvoyeuses de médailles et de titres régionaux, continentaux et mondiaux, sont toujours sans présidents et leurs dossiers respectifs sont au niveau du ministère de la Jeunesse et des Sports. Et là, on pense précisément aux Fédérations de karaté, de cyclisme et de boxe.

Où sont les autres conventions?
A titre d'exemples concernant les répercussions d'un tel état de fait, les athlètes de ces disciplines trouvent beaucoup de difficultés à se préparer aussi bien en Algérie qu'à l'étranger, faute de moyens.
L'exemple de notre cycliste Yacine Chalel en est des plus édifiants, car étant le plus récent. Toujours pour rester uniquement dans la préparation des jeunes talents, il est tout aussi important de savoir où en sont les conventions signées entre le MJS et la Fédération des sports scolaires et universitaires, le véritable pourvoyeur de ces jeunes talents, dans les pays les plus développés et les plus avancés dans le domaine sportif.
C'est la même question qui doit être posée pour les conventions entre le MJS et les deux autres ministères, de l'Education nationale et de l'Enseignement supérieur. Enfin, et pour évoquer le sport le plus populaire dans notre pays, le football, il est à se demander pourquoi la tutelle n'intervient pas pour que le choix des techniciens soit exclusivement pour les Algériens, au lieu de s'orienter vers des techniciens étrangers, sachant que la connaissance de l'environnement est primordiale pour toute stratégie à court, moyen ou long terme.
La nomination d'un technicien français pour s'occuper des jeunes talents footballeurs en Algérie (directeur des Equipes nationales) alors qu'on pousse nos compétences à la demi-saison et à la fuite à l'étranger pour faire les beaux jours des sports des pays étrangers. Là, on espère aussi que le MJS réagisse pour rétablir la situation de reconnaissance à nos compétences locales. Comme dit le proverbe «Mieux vaut tard que...».

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha