Accueil |Sports |

10 MATCHS DE RETARD EN ATTENTE DE PROGRAMMATION

Professionnalisme dites-vous?

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
La course contre-la-montreLa course contre-la-montre

Fini les matchs des sélections nationales (A et olympique) et les matchs des quarts de finale de la coupe d'Algérie et point de date FIFA, place donc au championnat de la Ligue 1.

Mais force est de reconnaître qu'il y a lieu de bien s'inquiéter, car la majorité des équipes critique la programmation des responsables concernés, à la LFP. Le comble, c'est qu'une partie de ces clubs qui critiquent est à l'origine, elle-même, des reports. Certains évoquent la situation politique dans le pays et les différentes marches des citoyens, pour justifier l'absence de la programmation des matchs en retard. Mais, force est de faire remarquer que cette histoire de reports des matchs et surtout de la très mauvaise programmation et déprogrammation a été faite bien avant le 22 février, date de la première marche des citoyens. D'ailleurs, depuis le 18 mars dernier, la LFP n'a plus reprogrammé les rencontres en retard.
En effet, les matchs retard de Ligue 1 programmés les 21 et 25 mars ont été renvoyés à une date ultérieure, a alors indiqué la Ligue de football professionnel (LFP) sur son site officiel, sans donner les raisons de ce report. Aujourd'hui et au sujet de ces matchs en retard, bien délicats et d'importance capitale aussi bien pour certaines équipes luttant pour le maintien que pour les autres jouant le podium, pas moins de 10 matchs sont toujours en attente de reprogrammation!

Les techniciens à la croisée des chemins
En parcourant les programmes, sur le site de la Ligue de football dite professionnelle, l'on remarque que 10 matchs des six journées précédentes n'ont pas encore été programmés. Plus grave encore, c'est le fait de constater la programmation de la 25ème journée toute prête: celle-ci débutera demain avec trois matchs. Elle se poursuivra mardi avec 3 autres rencontres, puis mercredi avec un match à l'affiche et enfin le dernier match prévu jeudi prochain. Cette manière de procéder n'est vraiment pas «professionnelle», dans la mesure où la logique voudrait, pour assurer l'éthique sportive et surtout l'équité entre toutes les équipes, qu'il faut faire jouer les matchs en retard dans l'ordre de leurs journées respectives. C'est-à-dire, à titre d'exemple, il faut d'abord faire disputer le match en retard de la 18e journée, prévu à Béchar, entre la JS Saoura et le CS Constantine. Puis, dans l'ordre: DRBT-CRB (19e journée), NAHD-MOB (21e journée), MCA-MCO et USMBA-NAHD (22e journée), CSC-MCA et NAHD-ASAM (23e journée) et enfin PAC-NAHD et CRB-CSC (24e journée). Aujourd'hui, tous les techniciens réagissent pour dénoncer cet état de fait qui perturbe sérieusement le travail et donc leur véritable programmation et feuille de route.
L'on remarque bien que des équipes ont été soumises à un calendrier démentiel, en disputant deux, voire trois, matchs par semaine (CSC, ESS, JSS, MCA, NAHD et USMA). Par contre, d'autres sont obligées d'être au repos durant presque une vingtaine de jours (ASAM, CRB, JSK et MCO). Là, il suffit de rappeler juste cette déclaration du coach de l'AS Ain M'lila, pour comprendre le désarroi des staffs techniques concernant la perturbation de leur programme, avec cette «absence de programmation» de la LFP. Azzedine Ait Djoudi a donc bien fait savoir que jouer «un seul match en 40 jours, c'est inadmissible!». Sans commentaire.

Un calendrier démentiel
D'autre part et même lorsque la LFP annonce un programme, l'on remarque que la journée s'étale sur presqu'une semaine, du jamais vu! La preuve, la 25e journée débutera demain lundi et ne prendra fin que jeudi.
Y-a-t-il meilleure démonstration? De plus, il ne faut pas oublier que le président de la Ligue de football professionnel, ainsi que le Bureau fédéral ont décidé de faire jouer tous les matchs à partir de la 26e journée en même temps. Mais il est d'importance capitale de ne point programmer cette 26ème journée avant que la situation de tous les matchs en retard soit apurée. Sinon, la LFP tomberait sous le coup de la non-application de l'équité et de l'égalité entre toutes les équipes. Les enjeux de fin de saison sont très importants et donc «mieux vaut prévenir que guérir». Enfin, une petite observation: certains estiment que la seule possibilité de ne pouvoir programmer les matchs en retard, c'est la probable répercussion des marches sur le déroulement des rencontres.
Là, le terrain contredit toute cette hypothèse. La preuve, le match de la sélection algérienne face à la Gambie a bel et bien eu lieu, le jour de la marche. Ensuite, il y a eu les chocs des deux matchs des quarts de finale de la coupe d'Algérie, CRB-NAHD et MCO-CSC, et toutes ces rencontres se sont déroulées sans aucun problème. D'ailleurs, les marcheurs ont, depuis le début de cette action hebdomadaire le 22 février dernier, insisté à chaque fois sur le caractère «silmiya» de la marche.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha