Accueil |Sports |

CORRUPTION DANS LE FOOTBALL ALGÉRIEN

Graves révélations du président de l'USMAn

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Abdelbasset Zaïm, président de l'USM AnnabaAbdelbasset Zaïm, président de l'USM Annaba

Avant Abdelbasset Zaïm, plusieurs présidents avaient déclaré ouvertement que des matchs ont été combinés, en touchant des joueurs adverses et des arbitres, mais tout est resté en stand-by.

Le président de l'USM Annaba, Abdelbasset Zaïm, s'est présenté sur le plateau d'une chaîne de télévision privée pour tirer à boulets rouges sur certains supporters de clubs, lesquels l'avaient accusé d'avoir combiné les deux derniers matchs face à l'USM Harrach (0-0) et le WA Tlemcen (0-1). «Que ces supporters sachent que j'ai payé de mon propre argent une somme avoisinant les 7 milliards de centimes, la saison passée, pour permettre à notre équipe d'accéder de la DNA en Ligue 1», a-t-il dit. «Aucune équipe de la DNA ne peut accéder en Ligue 2 si elle n'achète pas ses matchs. Je jure devant Dieu qu'il est impossible d'accéder depuis le groupe Est s'il n'y a pas recours à ce genre de pratiques. Même l'AS Khroub et l'USM Khenchela, qui sont actuellement en course pour l'accession, l'ont fait et le feront encore jusqu'à la dernière journée», poursuit-il. Face à la gravité de ses déclarations, Zaïm s'est rétracté en indiquant: «Quand je dis que j'ai dépensé 7 milliards de centimes, il faut comprendre que c'est en motivant une équipe pour battre un de nos concurrents pour l'accession.» Faut-il s'étonner de ces déclarations? Pas pour autant, surtout que tout le monde est au courant que la corruption ronge le football depuis plusieurs années. Des présidents, avant Zaïm, avaient déclaré ouvertement que des matchs ont été combinés, en touchant les joueurs adverses et les arbitres, mais tout est resté en stand-by. L'ancien président de l'US Biskra, Brahim Saou, s'était adressé aux présidents de clubs lors d'une AG de la LFP, du temps de Mahfoud Kerbadj, leur indiquant qu'ils vendent, tous, et achètent des matchs. Avant Zaïm et Saou, Abdelmadjid Yahi, président de l'US Chaouïa, a même donné les tarifs utilisés dans la combine des rencontres. Il faut se rappeler les cas des rencontres MSP Batna - MO Béjaïa, CA Batna - JS Saoura ou encore DRB Tadjenanet - CA Batna, qui sont restés lettre morte. Aucune instance judiciaire ne s'est auto-saisie pour suivre ces affaires et y mettre un terme. Le sport en général, et le football en particulier, est censé fédérer la jeunesse algérienne, mais force est de constater que l'on ne fait qu'avancer à reculons. L'argent facile qui circule a ouvert une brèche à des intrus pour prendre place dans différents clubs, là où ils font la pluie et le beau temps. Un argent facile qui élimine, petit à petit, les vraies valeurs qui doivent caractériser un sportif, censé être un exemple pour les jeunes. Hélas, la situation va de mal en pis, et les histoires des joueurs contrôlés positifs à la cocaïne (Belaïli, Naïli et Chérif El Ouezzani) ou interpellés en possession de ce produit (Benyoucef et Oukaci) en sont la parfaite illustration.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha