Accueil |Sports |

RETOUR DE OMAR GHRIB AU MC ALGER

Du neuf avec du vieux

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Un retour et des interrogationsUn retour et des interrogations

«J'ai discuté avec le P-DG de Sonatrach, et il m'a affirmé que la décision de nommer Omar Ghrib ne vient pas de lui, mais d'en haut!», a déclaré Zoubir Bachi, ancien président du directoire dissous.

Du neuf avec du vieux. C'est ce qui devient, désormais, coutumier au MC Alger. Comme rapporté dans notre précédente édition, Omar Ghrib a été nommé par la direction de Sonatrach au poste de directeur général de la SSPA du Mouloudia. Il prend, ainsi, les commandes du club pour la troisième fois et revient, dit-il, «en position de force». C'est que l'homme affirme que la Sonatrach, actionnaire majoritaire de la SSPA, lui a fait appel parce qu'elle sait que ses compétences serviront l'équipe dans ces moments cruciaux qu'elle traverse. «La Sonatrach m'a fait appel parce que j'ai les compétences qu'il faut pour remettre l'équipe sur les rails. Je vais faire tout ce qu'il faut pour essayer de la relancer et faire en sorte que tout se passe bien pour nous. Ce qui est sûr, c'est que je ne reviens pas seulement pour revenir», a annoncé Ghrib tout juste après sa nomination. Une nomination qui n'a pas été du goût de Zoubir Bachi, président du directoire dissous. Ce dernier, en conférence de presse jeudi, a fait part d'une annonce qui a laissé pantois: «J'ai discuté avec Ould Keddour, le P-DG de Sonatrach, et il m'a affirmé que la décision de nommer Omar Ghrib ne vient pas de lui, mais d'en haut!». Dès sa prise de fonction, le nouvel homme fort des Vert et Rouge a pris le taureau par les cornes et entamé une vase opération d'assainissement. Pour lui, ceux qui travaillaient du temps de Kaci-Saïd, le désormais ex-directeur sportif, n'ont plus de place, arguant cette décision par le fait que «ce sont eux qui ont mené le Mouloudia vers cette situation». «Ce jeudi, l'équipe allait s'entraîner à l'ESHRA de Aïn Benian, avant d'être interdite. Le directeur de l'établissement m'a informé que le club lui doit la somme de 4 milliards de centimes. Je me demande que faisait l'ancienne direction et où est passé tout l'argent que la Sonatrach déboursait?», s'étonne-t-il. «Régler ce que les anciens ont détruit», demeure le premier chantier de Ghrib. Entre-temps, il veillera sur l'équipe qui doit, selon lui, terminer la saison sur le podium.
«Nous avons une bonne équipe avec des joueurs d'un très bon niveau. Mais sur le terrain, ils sont méconnaissables, comme c'est le cas pour Heddouche et Bourdim. Des joueurs qui ont perdu confiance en eux, parce qu'ils ont été mal encadrés par les anciens dirigeants. Tout cela va changer, avec l'aide aussi de l'entraîneur actuel, Mohamed Mekhazni, que je connais bien pour avoir déjà travaillé avec lui», a-t-il dit encore. Malgré ces déclarations et assurances, le nouveau DG de la SSPA/Le Doyen ne semble pas faire l'unanimité. Les supporters du club sont montés au créneau dès lors afin de signifier leur refus quant au fait de voir les mêmes têtes tourner au sein du club. Des sondages ont été organisés par des pages du club sur les réseaux sociaux et les fans du Mouloudia ont rejeté cette option en grand nombre. Certains ont rappelé les déclarations très récentes de Ghrib sur le plateau d'une chaîne de télévision privée, où il tirait à boulets rouges sur la Sonatrach, laquelle, selon lui «a pris le Mouloudia en otage». «Comment se fait-il qu'il revienne, quelques jours plus tard, pour travailler sous sa coupe?», se demande un fan. C'est dire que le retour du «chauve» ne risque pas pour autant d'arranger les choses au sein du Vieux club de la capitale.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha